Witold Gombrowicz contre HADOPI et pour une licence globale ?

4 Flares 4 Flares ×

Michel Vianey – Aujourd’hui, où vous avez eu le prix international des éditeurs, votre théâtre est joué dans le monde entier, vous êtes traduit dans tous les pays. Malgré cela, est-ce que vous estimez que pouvez vivre de votre plume facilement, que les éditeurs ont les égards qu’il faut à votre égard ?

Witold Gombrowicz – Moi, je ne peux pas avoir de grandes prétentions parce que je suis un écrivain pour un public, disons limité, je ne suis pas une puissance dans ce sens comme madame Sagan par exemple. Alors je ne peux pas avoir de prétentions trop grandes. Maintenant, moi je peux vivre de mes revenus mais pourquoi. Parce que je vis de mon travail accumulé d’une trentaine d’années.

M.V. -Vous n’avez pas le sentiment que c’est venu un peu tard?

W.G. – Evidemment, pour moi c’est un peu triste, parce que non seulement l’art mais aussi la maladie ne me permettent pas de profiter de toutes ces choses-là, mais j’avais toujours le sentiment que l’art ne peut pas donner du profit. C’est à dire pour un artiste secondaire, […] alors lui il peut profiter, il a des applaudissements, il peut gagner une grande fortune, et cetera. Mais un artiste qui se veut plutôt créateur, d’une façon plus profonde ou plus personnelle, alors ici on ne peut pas compter sur des revenus, pour cela on paye. Il y a un art pour lequel on est payé et un autre pour lequel on paye. Et on paye avec sa santé, on paye avec ses commodités, et cetera, et cetera. Alors moi naturellement, je ne sais pas si je suis un artiste important ou non, mais de toute façon ma vie était plutôt dans ce sens esthétique.

Transcription de l’émission de tv Bibliothèque de poche diffusée le 12/10/1969

 

L’artiste HADOPI ne risque-t-il pas d’être cet artiste secondaire évoqué par Gombrowicz : un artiste mineur dans la lumière, laissant les artistes de talent dans l’ombre ?

Commander

Une licence globale dont la répartition serait assurée par un ministère de la culture exigeant permettrait pas de ne pas attendre trente ans pour qu’un artiste profite de son travail sans le payer de sa santé. Il est temps que l’art rétribué devienne de l’Art.

Share Button

Poussez le vice jusqu'à lire les articles suivants :

Une réflexion sur “ Witold Gombrowicz contre HADOPI et pour une licence globale ? ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.