Shame : l’affliction sexuelle de l’Homo eroticus

0 Flares 0 Flares ×

addictionsexuelleShame de Steve McQueen
– ou l’affliction sexuelle de l’Homo eroticus –

Shame n’est pas le film puritain que l’on aurait pu attendre de la part d’un réalisateur américain, en cela Steve McQueen a su rester fidèle à son identité britannique.

Steve McQueen a pris le contre-pied des films attendus sur le sujet qui virent au mieux à la blague facile, au pire au film moraliste invitant à la rédemption.

Shame nous fait partager la douleur de l’homme assailli de pulsions contrôlées dans une vie réglée comme du papier à musique : entre masturbation compulsive et prostituées commandées comme des pizzas, l’addiction parvient à être cachée, enfouie dans le tumulte de Manhattan. La froideur de ce décor urbain reflète les apparences que Brandon voudrait donner à sa vie. À l’inverse lorsque les pulsions deviennent incontrôlables, elles s’assouvissent sous un pont ou dans une backroom, les lumières tamisées disparaissent et laissent alors place au New-York sauvage des bars interlopes.

Un film n’avait jamais aussi bien montré à quel point le masque de la jouissance peut être proche de celui de la douleur.

image : sex addict penis mushromm H par terminalpicturesinc/Flickr

Share Button

Poussez le vice jusqu'à lire les articles suivants :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.