Contre le monde et son aéroport : Le « jour de colère » de l’extrême-gauche ?

0 Flares 0 Flares ×

Les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont su habilement agréger un front disparate, surfant sur les mécontentements politiques, économiques, météorologiques… Au point de voir le slogan « Contre l’aéroport et son monde » se transformer en « Contre le monde et son aéroport ».

Il semble qu’à la veille d’une nouvelle manifestation, ce soit sur le terrain politique que les opposants aient réussi à fédérer. Dans une conférence de presse le porte-parole de la principale association  d’opposants, répondait à la question d’un journaliste « À qui s’adresse cette manifestation ? » [ici pour la vidéo]

Il observe donc

Une convergence du ras-le-bol dans lequel on est. On est en train de se faire exploiter aussi bien que par la droite que par la gauche.

Ou pour mieux résumer, la manifestation s’adresse, dit-il

À ceux qui en ont marre du système.

Les organisateurs, riverains de Notre-Dame-des-Landes, jadis « Contre l’aéroport » se sont donc mués en Anti-système. Les journalistes ont heureusement fait preuve de moins de mansuétude lors du passage à Nantes d’un autre anti-système, mais les oreilles sont parfois plus paresseuses après une heure d’entretien.

On observera au passage comme ces anti-système refusent catégoriquement les subventions agricoles de la PAC ou la judiciarisation de leur lutte (52 recours déboutés tout de même, le Guinness n’est pas loin).

Mais les politiques ont tout de même répondu présent. Dans cette « convergence » Jean-Luc Mélenchon pourra ainsi saluer Christian Troadec le leader des « nigauds, cléricaux et esclaves » de bonnets rouges que les Verts, eux aussi dans la « convergence », voulaient voir en prison il y a quelques semaines.

Au sein de la « convergence du ras-le-bol » Jean-Luc Mélenchon risque de croiser quelques zadistes plus en colère que lui :

Le dernier arrivé, Philippe Poutou du NPA, pourrait se perdre seul dans le bocage de Notre-Dame-Landes et ne pas retrouver le reste de la « convergence du ras-le-bol » : la manifestation a lieu à Nantes.

Le tweet a au moins le mérite d’être clair. Aéroport ou pas, c’est secondaire, on défilera contre le gouvernement. Le message très bien compris par les militants, est repris en des termes plus ou moins châtiés :

 

 

En janvier, l’extrême-droite criait sa colère contre le gouvernement à Paris. Demain ce sera l’extrême-gauche à Nantes. On peut seulement espérer que les anti-système ne se trouvent pas trop de points de convergence…

 

Mais c’est pas sûr…

Share Button

4 réflexions sur « Contre le monde et son aéroport : Le « jour de colère » de l’extrême-gauche ? »

  1. Vous mélangez anticapitalistes et anti-systèmes. Si les anticapitalistes sont par définition « anti-système » (sous-entendu système capitaliste), l’inverse n’est pas forcément vrai.

    Votre analyse est bancale.

    L’extrême droite opère un glissement sémantique, en reprenant à son compte des expressions anticapitalistes. Bien que le FN, les Identitaires ou l’Action française n’aient pas constitué le gros des troupes des Bonnets rouges, ces mouvements y ont trouvé une merveilleuse tribune tant les revendications étaient disparates. Il faut dire que lorsque des salariés menacés de perdre leur emploi manifestent à côté de leur patron, « tout devient possible ».

    Ces groupes ont sont très actifs dans leur opération de déstabilisation du pouvoir républicain. Voilà pourquoi on retrouve les mêmes à Quimper ou à Paris lors des Manifs pour Tous et Marche de la Colère.

    C’est ce même désir de déstabilisation qui pousse des gens d’extrême droite à rejoindre le mouvement contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, alors que les revendications sont celles de la gauche radicale. Il est d’ailleurs abusif de parler d’extrême-gauche lorsqu’un collectif est constitué par les Verts, parti de gouvernement.

    Notre-Dame-des-Landes fédère les altermondialistes. Les revendications sont cohérentes. Sur le terrain, les anarchistes qui occupent des cabanes et les agriculteurs qui leur apportent des poireaux, deux groupes qui n’ont politiquement pas grand chose en commun, s’entendent bien. Parce qu’ils partagent un socle de valeurs et des ambitions communes parmi lesquelles le respect de la nature, la tolérance, l’envie de voir émerger un nouveau modèle de société, la répartition des pouvoirs.

    Ils s’opposent frontalement à ceux qui désirent un Etat fort, géré par un seul homme, sans élection, sans syndicat et avec un religion d’Etat.

    C’est dommage d’être pris au piège de ce confusionnisme savamment orchestré.

    Notez par exemple que la dernière photo de votre article est celle du nazillon Grégory Pasqueille, antisémite radical notoire et verrue de tous les mouvements sociaux depuis les Enfants de Don Quichotte jusqu’à la Marche de la Colère, en passant par les Indignés et donc malheureusement Notre-Dame-des-Landes, dont il ne partage aucune valeur avec les zadistes (une recherche Google vous en convaincra). Pour le coup, c’est un vrai taré, un cas ultra isolé et ô combien minoritaire.

    1. Merci pour votre réponse.
      Est-ce que je mélange anticapitalistes et anti-systèmes ? J’ai l’impression qu’ils se mélangent très bien sans moi.

      Ils s’opposent frontalement à ceux qui désirent un Etat fort, géré par un seul homme, sans élection, sans syndicat et avec un religion d’Etat.

      Ils s’opposent en effet à beaucoup de choses. C’est la réussite de la communication des opposants que de faire croire que l’aéroport est la décision d’un homme et personnaliser politiquement l’opposition (Ayrault-Porc).
      Je souhaite comme vous que le cas de ce nazillon soit isolé, mais vous ne pouvez nier que l’extrême-droite fasse partie des opposants.

  2. L’extrême droite, faire partie de manière flagrante à l’opposition à l’aéroport ??? Si vous confirmez cela, c’est que vous ne suivez pas la lutte de très près du tout ! J’y suis régulièrement et je vois très bien les mouvements, groupes qui y participent de manière active .
    L’extrême droite (grosso modo) « n’en a rien à foutre  » de cette lutte et n’en cherche même pas plus un prétexte pour déstabiliser qui que ce soit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.