Archives pour l'étiquette écologie

Gérald Bronner « La planète des hommes, réenchanter le risque »

Gérald Bronner lauréat de quelques prix pour son précédent essai La démocratie des crédules est revenu avec un nouvel opus : La planète des hommes. Petite présentation de 5 minutes par l’auteur :

planetedeshommes
COMMANDER

L’essai a l’ambition de réconcilier humanisme et progrès. L’anthropophobie, peur et détestation de l’Homme et de ses actions, a contaminé l’opinion publique et rendu le progrès suspect et politiquement incorrect. Cette Idéologie instrumentalise la peur du risque lié aux nouvelles technologies, on en retrouve les racines chez Hans Jonas (1903-1993). Sa philosophie, qui inspire le principe de précaution, consiste à attendre uniquement le pire des découvertes scientifiques. Mais, d’après Gérald Bronner, notre inaction conduit bien plus sûrement à l’apocalypse : en interrompant de façon aveugle l’arborescence technologique nous ne savons pas de quoi nous privons les générations futures.
Cette idéologie a contaminé Hollywood qui après les extraterrestres puis les guerres thermonucléaires a découvert l’apocalypse verte.
La deep ecology et la décroissance sont des poches de radicalité qui sont parvenues à essaimer : la dérégulation du marché de l’information dans les années 2000 leur a permis d’imposer un certain nombre d’items dans l’espace public. Le vaccin suscitait la suspiscion de 9% des personnes interrogées en 2000. En 2010, 40% se montraient suspicieuses envers cette technologie médicale. Conséquence, la rougeole réapparaît en Europe et fait des morts. Cette inaction à laquelle nous invite l’écologie radicale a un coût beaucoup plus grand que l’action.

Mesurez votre zadisme

LEVEL 1 – L’AMOUREUX DE LA NATURE

Vous investissez 1 euro pour l’autocollant « non à l’aéroport » (en vente sur le site de l’Acipa) sur votre sobre 4×4 Land Rover (photo dispo sur Non à l’aéroport, Oui aux particules fines)

dieselnddl1

LEVEL 2 – LE KÉKÉ

Vous avez les moyens, vous êtes motivé, vous investissez 4 euros pour coller 4 beaux autocollants sur votre Mercedes. (photo dispo sur Non à l’aéroport, Oui aux particules fines)

dieselnddl2

 

LEVEL 3 – ZAD’ADDICT

Vous ne savez pas trop quoi faire de votre argent, vous déposez la marque ZAD est ses variantes pour 2720 euros (200 euros pour le dépôt électronique de la marque et 40 euros supplémentaires par classe de produits). On attend impatiemment le papier hygiénique « Zadiste », la location de décors de spectacles « Pro ZAD Zone à défendre » et les masque de beauté « le kyste du Bois de Rohanne ».

INPI_ZAD

Nantes et Notre-Dame-des-Landes vues du ciel

Des écologistes radicaux voudraient voir l’aéroport de Nantes-Atlantique agrandi pour épargner les terres de Notre-Dame-des-Landes.

Prenons un peu de hauteur, voyons à quoi ressemble le problème :

Le bocage de Notre-Dame-des-Landes

bocage nddl avant et après
(Cliquez sur l’image pour agrandir)

Le bocage de Notre-Dame-des-Landes a été dessiné par les agriculteurs. Entre 1949 et 2012 plus de la moitié des haies disparaissent, des terres trop pauvres, abandonnées, laissent place à la forêt. Sans l’homme, son agriculture, ces bocages, sa flore et sa faune auraient naturellement un autre visage : sans doute y verrait-on plus d’arbres que de bétail.

Le campagnol amphibie, discret mammifère qui a connu son quart d’heure de gloire à Notre-Dame-des-Landes, a davantage à craindre de l’usage des pesticides ou de la présence de bétail que des avions1 :

(Cliquez pour agrandir)
(Cliquez pour agrandir)

« Y’a plus rien d’naturel ma pov’dame », et sûrement pas le bocage, c’est une réalisation humaine qui a engendré son propre biotope.

Le survol du centre-ville de Nantes

D’autres villes françaises seraient survolées à basse altitude. L’exemple de Toulouse revient fréquemment, les deux situations sont pourtant incomparables : les toulousains du centre-ville voient passer les avions atterrir au loin, les nantais les voient, eux, passer au-dessus de leur tête :

survol Nantes

Construite par les allemands, la piste est malencontreusement dirigée vers le centre-ville. Des collégiens ont ainsi l’occasion d’admirer les trains d’atterrissage  de très près :

survol Neustrie

Les aiguilleurs du ciel ont déjà pointé la dangerosité du survol de l’agglomération nantaise :

aéroport Nantes-Atlantique dangereux
(Cliquez pour agrandir)

Le facteur humain semble avoir peu de poids dans ce dossier, autant en venir à l’argument auquel des amoureux de la nature auraient dû être sensibles.

Le lac de Grandlieu, réserve naturelle nationale, classée Natura 2000

NA e tSAGL zone humide

Certains voudraient pourtant agrandir cet aéroport jouxtant une réserve naturelle tout en se donnant un alibi environnemental.

[Mise à jour] Le maire de Saint-Aignan-Grandlieu me fait remarquer l’oubli du survol de sa ville à très basse altitude :

 

Davantage d’articles sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : [ici]

photos : Spotters, @pirmil