Archives par mot-clé : journalisme

QUASI désinformation : zadisme, maladie infantile du journalisme

QUASI panique dans les colonnes de Libé le 22 novembre. Un article sur la manif « contre les violences policières » titrait :

Incident_Libé

Après avoir longtemps cherché le jeu de mots sur « sans incident » – 100 incidents ? – , le petit jeu de mots sans lequel Libé ne serait plus le Libé qu’on aime, il fallait en venir à l’évidence, le titre était désespérément sérieux.

Les journalistes de Libération ont-ils lorgné sur les dépêches AFP qui ne corroboraient quasi pas leur titre ?

OuestFr_manif

QUASI correction quelques heures plus tard :

Capture du 2014-11-30 18:37:49

Mais l’URL de Libé témoigne toujours de l’ancien titre « sans incident »

URL_libe

Le rectificatif n’aura pas calmé les ardeurs des lecteurs qui se quasi gaussaient du titre dans les commentaires de l’article.

Quasi le même journaliste (Nicolas de La Casinière) a vendu quasi le même papier à Reporterre sans plus s’embarrasser de quasi détails :

manif_reporterre

Jean-Paul Sarte qui a quasi fondé Libération aurait quasi déclaré « Le zadisme est la maladie infantile du journalisme. »

Prends soin de toi et rétablis-toi bien vite mon petit Libé.

 

Captures d’écran : Libération, Ouest-France, Reporterre

Fichage ou affichage des journalistes ?

bathoC’est la sortie littéraire des ex, après Merci pour ce moment de Valérie Trierweiler, on découvre L’Insoumise de Delphine Batho…  Cette dernière, fut-elle ministre, n’en demeure pas moins une ex aussi amère que V. Trierweiler, comme en témoigne sa publication d’échanges de SMS et de boules puantes, qui font toujours la joie des éditeurs.

C’est la divulgation dans L’Insoumise (Le titre Rebelle était déjà pris par Disney) de l’existence d’une liste classant les journalistes suivant leurs positions sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes qui a intéressé ces mêmes journalistes (nombrilistes ?).

Capture du 2014-10-17 00:28:43
Capture d’écran du site Le Lab Europe 1

« Neutres/Contre/Pour » : Le type de classement effectué par les ONG pour que les infos passent par les bons tuyaux.  On pourra discuter de l’aberration ou de l’utilité d’une telle liste, mais ce qui a choqué Le Club de la Presse de Nantes Atlantique, c’est que cette liste est « un affront à notre indépendance, notre professionnalisme et notre neutralité. » J’ai ri.

Pour qui connaît un peu le dossier Notre-Dame-des-Landes, l’opinion des journalistes sur le sujet est presque transparente.

France 3 Pays de la Loire,  « favorable au projet »  ? La production et la diffusion d’une ode à la décroissance sur la ZAD suffisaient à démontrer le contraire, mais son délégué régional a tenu à réaffirmer sa neutralité.

Du côté des « contre », on n’a pas les mêmes scrupules, les journalistes, loin de s’offusquer, se réjouissaient de voir reconnu leur militantisme :

Le fichage des journalistes était inutile, les journalistes savent très bien s’afficher eux-mêmes sur les réseaux sociaux.

Le Club de la Presse semble se satisfaire de cette presse « neutre et professionnelle », se satisfaire qu’un média jugé « pour le projet » ait à justifier de son professionnalisme quand les « contre » fanfaronnent. Avoir une opinion « pour » ou « contre » et l’afficher n’a rien de révoltant, en revanche désinformer l’est davantage. Puisque le cas des journalistes du Monde est cité par Le Lab, prenons le cas de Rémi Barroux (ça vexera moins le Club de Presse Nantes Atlantique). Sa participation aux manifestations contre l’aéroport tient plus de celle du militant que de l’observateur :

Rémi Barroux, journaliste au Monde, recueillait  les premiers mots du président de la commission de dialogue en mars 2013. L’article qui suivit présentait Claude Chéreau comme « sceptique » sur le projet. Il s’agissait d’une totale désinformation : l’obligé a dû clarifier (euphémisme) sa position sur un plateau TV dès le lendemain, « je n’ai pas du tout de doute en ce qui concerne le projet aéroportuaire lui-même ». Le journaliste du Monde n’a pas fait correctement son travail, la profession ne s’en est pas émue. Faire des listes pro/anti/neutre permet au moins aux ONG de ne pas parasiter leur communication en s’assurant que l’information ne soit pas  ainsi déformée par un « anti ».

Dans l’épuisante partie de ping-pong que se jouent « pro » et « anti » à coups de communiqués de presse, la majorité des journalistes fait pourtant correctement son travail, mais jouer les vierges effarouchées pour se plaindre que leur neutralité et professionnalisme auraient été mis en cause… Réflexe corporatiste ou aveuglement ? Pendant cette polémique des entreprises concernées par le chantier de l’aéroport ont été à nouveau menacées de représailles, on lira peut-être un entrefilet à ce sujet dans une presse « qui travaille sur le dossier NDDL en tant que professionnels de l’information ». Courage, le chemin du nombril du journaliste au terrain d’investigation n’est pas si long.

« À qui et à quoi a donc servi cette liste » se demandait naïvement Le Club de la Presse ? Elle aura au moins servi à Delphine Batho dans le choix du média (Le Télégramme, classé « contre ») pour accorder son interview.

Photo Mathieu Delmestre / Solfé Communications
Dessin : Cabu/Le Canard Enchaîné 

Alice au pays de Notre-Dame-des-Landes

« Tiens, je vais le manger, » dit Alice : « si cela me fait grandir, je pourrai atteindre à la clef ; si cela me fait rapetisser, je pourrai ramper sous la porte ; d’une façon ou de l’autre, je pénétrerai dans le jardin, et alors, arrive que pourra ! »

Quels champignons les journalistes ont-ils trouvé à Notre-Dame-des-Landes ? Mystère. En une nuit l’aéroport s’est brusquement transformé : pharaonique et mégalomane, il est devenu… riquiqui.

Ces deux articles ont été publiés dans le Canard Enchaîné :

canardnddl

L’aéroport quatre étoiles est subitement devenu low-cost ! Trop grand puis trop petit.

La communication a suivi :

tweetsacipa2

Une grève de la faim contre un projet pharaonique… Quel est le régime alimentaire indiqué pour un projet trop petit ? Le régime sans gluten ?

 

 

Au pays des Merveilles, Alice rencontrerait sans doute ces journalistes moutonniers :

journalistenddl

Alors… trop petit ?  trop grand ? Un dernier champignon et l’aéroport sera à la bonne taille.