Archives pour l'étiquette télévision

« La Commune de 1871 » par Henri Guillemin

Henri Guillemin a fait le bonheur de la télévision romande dans les années 70 en animant une émission dans un décor minimaliste avec pour seuls ressorts l’Histoire et son talent de conteur.

La RTS, contrairement à l’INA, met toutes ses archives librement à disposition. Vous pourrez donc désormais profiter d’heures de vidéos en compagnie d’Henri Guillemin, conteur aussi passionnant qu’attachant.

 

1- Situation

2- Monsieur Thiers

3- Il faut en finir

4- Le 18 mars

5- L’avant Commune

6- Cependant qu’à Versailles

7- La Commune au pouvoir I

8- La Commune au pouvoir II

9- La vraie France en action

10- La croisade

11- La victoire des honnêtes gens

12- Le fond des choses

13- Lendemains

 

Bonus : Henri Guillemin intime

+ Henri Guillemin – les archives de la RTS 

In Treatment, Betipul, En thérapie

Parvenir à capter l’attention du téléspectateur avec comme tout dispositif deux acteurs, assis face à face, seuls pendant 25 minutes dans une pièce, c’est une vraie gageure. La série TV In Treatment est pourtant parvenue à renouveler cet exploit pendant trois saisons.

Un psychothérapeute (Gabriel Byrne) fait face à ses patients, le fil de leurs histoires se déroule au gré des épisodes, sans recourir à de lourds flash-backs qui nous éloigneraient du duo patient-psy, presque tout est filmé dans le huis-clos du cabinet. Le spectateur assiste alors à une partie de jeu d’échecs où le psy tente de faire tomber peu à peu la défense du patient.

Cette série, comme beaucoup d’autres manifestement, est l’adaptation d’un programme TV israélien Betipul. L’adaptation est presque littérale. C’est le « presque » le plus intéressant : Un psychothérapeute qui a exercé à Tel Aviv puis sur la côte Ouest des États-Unis nous expose ici les différences culturelles qui ont dû être prises en compte dans l’adaptation américaine. Quantité de petits détails révèlent les traits culturels de chacun :  les acteurs n’ont pas la même proximité physique dans l’une ou l’autre série, les américains se montrent plus distants ; quand les méditerranéens se coupent facilement la parole, aux États-Unis, sur la côte Ouest (précise-t-il !) il est en revanche d’usage de laisser une pause dans la conversation après  que son interlocuteur ait achevé son propos. Quelques différences entre la méditerranéenne Israël et la puritaine Amérique pourraient passer pour des clichés mais la comparaison parvient néanmoins à démontrer que certaines pathologies sont communes (surmoi surdéveloppé) à des pays où l’Histoire est marquée par la guerre ou la discrimination raciale.

Plus drôle la série est assez réaliste pour qu’un psy ait pris la peine d’analyser certains extraits de la série pour en faire un test sur le modèle des vidéos du permis de conduire : vous vous trouvez face à une patiente qui vous déclare sa flamme, comment réagir ? : réponse A- B- ou C- ?

Enfin, en jetant un rapide coup d’œil sur version québécoise En thérapie on prend conscience qu’acteurs et réalisateur ont compté dans la réussite des versions israélienne et américaine. Le script ne fait pas tout.

In Treatment
Commander

Transparences

La France serait l’un des derniers pays en Europe, d’après Transparency International, à ne pas rendre public le patrimoine de ses élus. Les ministres viennent de rattraper ce retard. Les députés devraient être les prochains à se plier à cette exigence de transparence, mais quelques voix s’élèvent déjà contre ce mouvement, à commencer par le président de l’Assemblée. Claude Bartolone désire protéger ses députés de la « démocratie paparazzi ». Sur les bancs de la droite, la critique est beaucoup plus radicale, on parle de totalitarisme.

Après guerre la défiance était grande envers les outils qui avaient permis aux deux systèmes totalitaires de prendre forme : culture de masse, privation des libertés et prise de contrôle par l’État de la sphère privée. Mais à y regarder de près, le mouvement qui nous apporte la transparence ne vient pas de l’Est mais du Nord. Ce n’est donc pas d’une culture supposée autoritaire ou bureaucratique des pays de l’Est dont nous devrions nous prémunir : les pays du Nord de l’Europe sont un exemple de transparence et de probité dans la vie publique. Mais cette transparence a également un prix culturel : Endemol, société de production de télé-réalité  – dont le maître-mot est la transparence -, a inondé l’Europe de ces programmes à partir des Pays-Bas.

Les réactions à la publication des patrimoines des ministres n’ont d’ailleurs pas tardé dans un pays davantage marqué par un souci d’égalité que de transparence : plus d’1,5M de connexions en moins de 24h sur le site du gouvernement. Et la presse nous offrit promptement un classement des ministres les plus fortunés. Un classement ? comme à la télé… ?