Les mélanomanes sont des mélomanes

Professeurs de désespoir
de Nancy Huston
CommanderL’homme est bon et mauvais, disait George Sand. Mais il est quelque chose encore : la nuance, la nuance qui est pour moi le but de l’art.  « La littérature contemporaine aurait-elle renoncé, à ce but-là ? »  Nancy Huston
C’est sur cette interrogation que s’achève la présentation de Professeurs de désespoir.
Mais pourquoi l’auteure ne s’est-elle pas inoculé le vaccin contre le manque de nuance selon elle caractéristique de l’auteur nihiliste ? Elle caractérise cet auteur par un ressassement à l’envi des thèmes les plus sombres en lui donnant le doux nom de mélanomane.
On a déjà soulevé ici et  les faiblesses et limites de l’essai, mais j’aimerais attirer l’attention sur une nuance que Nancy Huston n’a pas semblé entrevoir chez ces auteurs.
Rappelez-vous Antoine Roquentin de La Nausée, arrivé au bout de sa formation existentialiste – rien ne justifie notre existence – , que lui reste-t-il?

La négresse chante. Alors on peut justifier son existence ? Un tout petit peu ? Je me sens extraordinairement intimidé. Ça n’est pas que j’aie beaucoup d’espoir. Mais je suis comme un type étrangement gelé après un voyage dans la neige et qui entrerait tout d’un coup dans une chambre tiède.

Et c’est sur l’air de « Some of These Days » que s’achève le roman, le narrateur enfin réchauffé par un air de jazz.
La lecture de Nancy Huston, si elle avait été plus fine, n’aurait pas vu comme unique point commun à nos auteurs un profond pessimisme ou le fait de ne pas être géniteurs. Il me semble que ce qui les rapproche avant tout c’est un goût prononcé pour la musique.
Le premier d’entre eux, Schopenhauer et la musique comme « essence intime du monde », Kundera et Janáček, Cioran « A quoi bon fréquenter Platon quand un saxophone peut aussi bien nous faire entrevoir un autre monde ? », …
Là où Nancy Houston a lu des personnages gelés et nihilistes, j’ai décelé des auteurs possédés par la volonté de dépasser la matérialité avec comme refuge ce seul art non imitatif qu’est la musique.
Ses mélanomanes sont des mélomanes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.