In Treatment, Betipul, En thérapie : adaptations et différences culturelles

Capter l’attention du téléspectateur avec comme tout dispositif deux acteurs, assis face à face, seuls pendant 25 minutes dans une pièce, c’est une vraie gageure. La série TV In Treatment est parvenue à renouveler cet exploit pendant trois saisons.

Un psychothérapeute (Gabriel Byrne) fait face à ses patients, le fil de leurs histoires se déroule au gré des épisodes, sans recourir à de lourds flash-backs qui nous éloigneraient du duo patient-psy. Presque tout est filmé dans le huis-clos du cabinet. Le spectateur assiste à une partie de jeu d’échecs où le psy tente de faire tomber progressivement la défense du patient.

Cette série, comme beaucoup d’autres, est l’adaptation presque littérale d’un programme TV israélien Betipul. Le plus intéressant est dans le « presque » :

Un psychothérapeute qui a exercé à Tel Aviv puis sur la côte Ouest des États-Unis nous expose ici les différences culturelles qui ont dû être prises en compte dans l’adaptation américaine. Quantité de petits détails révèlent les traits culturels de chacun :  les acteurs n’ont pas la même proximité physique dans l’une ou l’autre série, les américains se montrent plus distants ; quand les méditerranéens se coupent facilement la parole, aux États-Unis, sur la côte Ouest (précise-t-il !) il est en revanche d’usage de laisser une pause dans la conversation après que son interlocuteur ait achevé son propos. Quelques différences entre la méditerranéenne Israël et la puritaine Amérique pourraient passer pour des clichés mais la comparaison parvient néanmoins à démontrer que certaines pathologies sont communes (surmoi surdéveloppé) à des pays où l’Histoire est marquée par la guerre ou la discrimination raciale.

Plus drôle : la série est assez réaliste pour qu’un psy ait pris la peine d’analyser certains extraits de la série pour en faire un test sur le modèle des vidéos du permis de conduire : vous vous trouvez face à une patiente qui vous déclare sa flamme, comment réagir ? : réponse A- B- ou C- ?

Enfin, en jetant un rapide coup d’œil sur version québécoise En thérapie on prend conscience qu’acteurs et réalisateur ont compté dans la réussite des versions israélienne et américaine. Le script ne fait pas tout.

(MàJ Les vidéos de l’adaptation québécoise de la série sont désormais inaccessibles en France. Une version française a été commandée par Arte à Toledano et Nakache, les spectateurs ne pourront pas comparer les 2 versions francophones… dommage)

Commander

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.