De la mécanique amoureuse plaquée sur du vivant

Ni à vendre, ni à louer de Pascal Rabaté  Les noms qui viennent à l’esprit en voyant le dernier film de Pascal Rabaté sont Tati et Les Deschiens…Tati pour les personnages sans paroles qui se frôlent sans parvenir à entrer en communication, Les Deschiens,  enfin, pour les acteurs venus tout droit de l’univers de Deschamps-Makeïeff … Lire la suite De la mécanique amoureuse plaquée sur du vivant

La mère a ses raisons que la raison ignore

My Little Princess d’Eva Ionesco Sartre détestait les enfants pour leur propension à jouer, à être en représentation permanente. C’est dans Les Mots qu’il dénonce cette imposture de l’enfant, l’être le moins libre qui soit, cherchant l’approbation dans les yeux de son public : ses parents. Dans L’Être et le Néant, sa cible était le garçon de café … Lire la suite La mère a ses raisons que la raison ignore

La transsubstantiation de Romain Duris

La Nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès mise en scène de Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang Koltès, Chéreau, Duris… Les noms sonnent déjà comme des promesses Promesse du texte pour certains -moderne, l’auteur a même été joué à la Comédie française après tout-. Promesse d’une mise en scène ajustée au texte. À … Lire la suite La transsubstantiation de Romain Duris