« La Commune de 1871 » par Henri Guillemin

9 Flares 9 Flares ×

Henri Guillemin a fait le bonheur de la télévision romande dans les années 70 en animant une émission dans un décor minimaliste avec pour seuls ressorts l’Histoire et son talent de conteur.

La RTS, contrairement à l’INA, met toutes ses archives librement à disposition. Vous pourrez donc désormais profiter d’heures de vidéos en compagnie d’Henri Guillemin, conteur aussi passionnant qu’attachant.

 

1- Situation

2- Monsieur Thiers

3- Il faut en finir

4- Le 18 mars

5- L’avant Commune

6- Cependant qu’à Versailles

7- La Commune au pouvoir I

8- La Commune au pouvoir II

9- La vraie France en action

10- La croisade

11- La victoire des honnêtes gens

12- Le fond des choses

13- Lendemains

 

Bonus : Henri Guillemin intime

+ Henri Guillemin – les archives de la RTS 

Share Button

Poussez le vice jusqu'à lire les articles suivants :

2 réflexions sur “ « La Commune de 1871 » par Henri Guillemin ”

  1. Passionnant, Gaëtan. Vu les deux premiers sujets, lesquels déjà dynamitent la lecture convenue de la guerre de 70. Il faudrait y passer des heures. Merci pour ces précieux liens.

    1. … La suite n’est pas moins passionnante à mon avis. Dans les dernières vidéos tu verras peut-être qu’il n’est pas tendre – à juste titre – avec les artistes de l’époque. Il en sauve deux ou trois, je te laisse deviner lesquels !

      Je m’aperçois un peu tard que la qualité des vidéos gâche malheureusement l’écoute d’Henri Guillemin.
      Lors de mon premier visionnage, j’avais découvert ces vidéos avec une meilleure qualité (qu’il est toujours possible de retrouver, je peux fournir la technique à la demande par mail).
      Pour tout dire, il y a quelques années j’ai eu ma petite période « Commune de Paris » initiée avec la lecture de L’imitation du bonheur de Jean Rouaud.

      Les autres conférences de Guillemin sont intéressantes mais ont plus mal vieilli : les historiens ont progressé dans la connaissance des sources depuis sa Jeanne d’Arc. Sa série sur les grands auteurs, je ne suis pas fan non plus.

      Mais la série sur Dreyfus, visionnée pour comprendre l’intrigue de L’îLe des pingouins d’Anatole France, racontée comme un roman d’espionnage est au moins aussi passionnante que celle réservée à La Commune.

      Bon visionnage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.