Archives pour la catégorie Su

Fichage ou affichage des journalistes ?

bathoC’est la sortie littéraire des ex, après Merci pour ce moment de Valérie Trierweiler, on découvre L’Insoumise de Delphine Batho…  Cette dernière, fut-elle ministre, n’en demeure pas moins une ex aussi amère que V. Trierweiler, comme en témoigne sa publication d’échanges de SMS et de boules puantes, qui font toujours la joie des éditeurs.

C’est la divulgation dans L’Insoumise (Le titre Rebelle était déjà pris par Disney) de l’existence d’une liste classant les journalistes suivant leurs positions sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes qui a intéressé ces mêmes journalistes (nombrilistes ?).

Capture du 2014-10-17 00:28:43
Capture d’écran du site Le Lab Europe 1

« Neutres/Contre/Pour » : Le type de classement effectué par les ONG pour que les infos passent par les bons tuyaux.  On pourra discuter de l’aberration ou de l’utilité d’une telle liste, mais ce qui a choqué Le Club de la Presse de Nantes Atlantique, c’est que cette liste est « un affront à notre indépendance, notre professionnalisme et notre neutralité. » J’ai ri.

Pour qui connaît un peu le dossier Notre-Dame-des-Landes, l’opinion des journalistes sur le sujet est presque transparente.

France 3 Pays de la Loire,  « favorable au projet »  ? La production et la diffusion d’une ode à la décroissance sur la ZAD suffisaient à démontrer le contraire, mais son délégué régional a tenu à réaffirmer sa neutralité.

Du côté des « contre », on n’a pas les mêmes scrupules, les journalistes, loin de s’offusquer, se réjouissaient de voir reconnu leur militantisme :

Le fichage des journalistes était inutile, les journalistes savent très bien s’afficher eux-mêmes sur les réseaux sociaux.

Le Club de la Presse semble se satisfaire de cette presse « neutre et professionnelle », se satisfaire qu’un média jugé « pour le projet » ait à justifier de son professionnalisme quand les « contre » fanfaronnent. Avoir une opinion « pour » ou « contre » et l’afficher n’a rien de révoltant, en revanche désinformer l’est davantage. Puisque le cas des journalistes du Monde est cité par Le Lab, prenons le cas de Rémi Barroux (ça vexera moins le Club de Presse Nantes Atlantique). Sa participation aux manifestations contre l’aéroport tient plus de celle du militant que de l’observateur :

Rémi Barroux, journaliste au Monde, recueillait  les premiers mots du président de la commission de dialogue en mars 2013. L’article qui suivit présentait Claude Chéreau comme « sceptique » sur le projet. Il s’agissait d’une totale désinformation : l’obligé a dû clarifier (euphémisme) sa position sur un plateau TV dès le lendemain, « je n’ai pas du tout de doute en ce qui concerne le projet aéroportuaire lui-même ». Le journaliste du Monde n’a pas fait correctement son travail, la profession ne s’en est pas émue. Faire des listes pro/anti/neutre permet au moins aux ONG de ne pas parasiter leur communication en s’assurant que l’information ne soit pas  ainsi déformée par un « anti ».

Dans l’épuisante partie de ping-pong que se jouent « pro » et « anti » à coups de communiqués de presse, la majorité des journalistes fait pourtant correctement son travail, mais jouer les vierges effarouchées pour se plaindre que leur neutralité et professionnalisme auraient été mis en cause… Réflexe corporatiste ou aveuglement ? Pendant cette polémique des entreprises concernées par le chantier de l’aéroport ont été à nouveau menacées de représailles, on lira peut-être un entrefilet à ce sujet dans une presse « qui travaille sur le dossier NDDL en tant que professionnels de l’information ». Courage, le chemin du nombril du journaliste au terrain d’investigation n’est pas si long.

« À qui et à quoi a donc servi cette liste » se demandait naïvement Le Club de la Presse ? Elle aura au moins servi à Delphine Batho dans le choix du média (Le Télégramme, classé « contre ») pour accorder son interview.

Photo Mathieu Delmestre / Solfé Communications
Dessin : Cabu/Le Canard Enchaîné 

Non Merci pour ce roman

Je ne lirai pas Merci pour ce moment. Pareilles histoires remplissent déjà les bibliothèques. Au plagiat on préférera l’original : le premier récit d’une femme, amoureuse, blessée, qui cherchera la vengeance :

hera-geantsUne femme jalouse des infidélités de son compagnon se plaît à provoquer d’incessantes querelles : c’est l’histoire d’Héra et de Zeus.

L’histoire a quelques siècles… la vengeance d’Héra aura tout de même causé le sac de la ville de Troie. Et nous, pauvres mortels (pauvre François), n’avons toujours pas retenu la leçon faite à Zeus.

[Bonus] L’histoire, encore et toujours, des rêves de destruction d’une femme blessée.

Nantes et Notre-Dame-des-Landes vues du ciel

Des écologistes radicaux voudraient voir l’aéroport de Nantes-Atlantique agrandi pour épargner les terres de Notre-Dame-des-Landes.

Prenons un peu de hauteur, voyons à quoi ressemble le problème :

Le bocage de Notre-Dame-des-Landes

bocage nddl avant et après
(Cliquez sur l’image pour agrandir)

Le bocage de Notre-Dame-des-Landes a été dessiné par les agriculteurs. Entre 1949 et 2012 plus de la moitié des haies disparaissent, des terres trop pauvres, abandonnées, laissent place à la forêt. Sans l’homme, son agriculture, ces bocages, sa flore et sa faune auraient naturellement un autre visage : sans doute y verrait-on plus d’arbres que de bétail.

Le campagnol amphibie, discret mammifère qui a connu son quart d’heure de gloire à Notre-Dame-des-Landes, a davantage à craindre de l’usage des pesticides ou de la présence de bétail que des avions1 :

(Cliquez pour agrandir)
(Cliquez pour agrandir)

« Y’a plus rien d’naturel ma pov’dame », et sûrement pas le bocage, c’est une réalisation humaine qui a engendré son propre biotope.

Le survol du centre-ville de Nantes

D’autres villes françaises seraient survolées à basse altitude. L’exemple de Toulouse revient fréquemment, les deux situations sont pourtant incomparables : les toulousains du centre-ville voient passer les avions atterrir au loin, les nantais les voient, eux, passer au-dessus de leur tête :

survol Nantes

Construite par les allemands, la piste est malencontreusement dirigée vers le centre-ville. Des collégiens ont ainsi l’occasion d’admirer les trains d’atterrissage  de très près :

survol Neustrie

Les aiguilleurs du ciel ont déjà pointé la dangerosité du survol de l’agglomération nantaise :

aéroport Nantes-Atlantique dangereux
(Cliquez pour agrandir)

Le facteur humain semble avoir peu de poids dans ce dossier, autant en venir à l’argument auquel des amoureux de la nature auraient dû être sensibles.

Le lac de Grandlieu, réserve naturelle nationale, classée Natura 2000

NA e tSAGL zone humide

Certains voudraient pourtant agrandir cet aéroport jouxtant une réserve naturelle tout en se donnant un alibi environnemental.

[Mise à jour] Le maire de Saint-Aignan-Grandlieu me fait remarquer l’oubli du survol de sa ville à très basse altitude :

 

Davantage d’articles sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : [ici]

photos : Spotters, @pirmil