L’ère du doute… mais jusqu’au bout

La salle était pleine le samedi 1 décembre aux Assises de l’écosocialisme organisées par le Parti de gauche (PG) dont Jean-Luc Mélenchon, le coprésident, assurait la fermeture des débats.

Des interventions de qualité, telles celles de Jacques Généreux, Henri Peña-Ruiz, ou François Delapierre, mais plus la journée avançait, plus un malaise persistant s’installa. Certains intervenants ont délaissé l’idée d’éducation populaire, l’ambition d’élever le citoyen pour se laisser aller à la manipulation de l’assemblée à l’aide de symboles qui font immanquablement plus réagir que penser. Notre-Dame-des-Landes était ainsi brandi comme symbole de toutes les luttes, économisant à l’intervenant démonstrations et raisonnements.

J’aimerais examiner la critique du projet d’Aéroport du Grand Ouest à la lumière des discours et idées entendus ce jour-là.

Projet archaïque – Si l’on en est réduit à utiliser un tel argument, alors la bataille culturelle gramscienne est perdue. On ne juge pas du bien-fondé ou de la cohérence d’un projet à sa date de naissance. Dans le champ politique le mot « archaïsme » appartient à la culture des néo-conservateurs jugeant les travaux du Conseil National de la Résistance dépassés ; comment l’utiliser aujourd’hui sans céder sur le terrain de la culture politique ? Notre République vieille de deux siècles serait-elle archaïque ? S’envoler à l’autre bout du monde partir à la découverte de l’autre n’est pas plus archaïque. À moins de décider que la découverte de l’Amérique du Sud tant évoquée ce soir-là ne soit facilitée aux parisiens (Ne parliez-vous pas d’égalité de tous sur le territoire Éric Coquerel ?), les citoyens de l’ouest de la France ont aussi le droit de voyager sans passer par Paris.

Journalistes parisiens – « 80% – c’est la part de cartes de presse qui se trouvent à Paris » rappelait justement François Ruffin lors d’une table ronde. Dans ces conditions, comment parvenir à saisir l’incongruité de cars qui font l’aller-retour Paris – Notre-Dame-des-Landes pour aller manifester ? Que des nantais aillent manifester à Montreuil (l’actuel aéroport de Nantes se trouve également aux portes du périphérique) pour y construire un aéroport afin de libérer les terres agricoles de Roissy, vous eût-il paru plus choquant ? C’est pourtant à peu près ce qui s’est déroulé ce 17 novembre 2012 sans que cela semble questionner plus que cela ces 80% de journalistes. Enfin, combien des journalistes présents à Notre-Dame-des-Landes ont-ils poussé leur enquête jusque dans la zone de bruit à Nantes ? Les journalistes manquent parfois de courage pour aller dans les zones où l’on s’ennuie tout simplement, sans lacrymos, ni CRS.

Méconnaissance du milieu agricole – C’est ce qui a été soulevé à juste titre, toujours par ce même journaliste qui a effectué une enquête sur l’entreprise Doux. Le public vacille constamment entre idéalisation et répulsion pour le milieu agricole. Idéalisation pour une profession au contact du Paradis perdu : la Nature ; au risque d’adopter parfois des accents pétainistes « La terre, elle, ne ment pas », et oubliant parfois que les agriculteurs de Notre-Dame-des-Landes n’ont jamais été portés sur le bio. Répulsion pour « ces gens-là qui votent aux 3/4 à droite » (dixit un spectateur posant une question lors des tables rondes). Entre ces deux extrêmes, le monde agricole continue d’être largement fantasmé, et ceux qui découvrent aujourd’hui la magie des zones humides seront les mêmes à chanter demain les beautés des vertes prairies transalpines entre Lyon et Turin sans jamais y avoir posé les pieds.

Priorité des luttes – Si le transport représente une part importante des rejets de CO2 (34%), il est urgent d’agir sur sa diminution. En revanche lorsque l’on sait que le transport aérien compte pour 3,3% des émissions du secteur, on peut douter de la priorité à se battre contre les avions lorsque les mêmes voitures qui s’étaient déplacées pour manifester à Notre-Dame-des-Landes participent au transport routier qui compte pour 93,6% des rejets. Les solutions sont plutôt à trouver, comme nous l’indiquait Martine Billard, du côté de l’aménagement du territoire en limitant l’étalement urbain. À Nantes les nouveaux arrivants sont obligés de s’installer en 3e ou 4e couronne alors que l’actuel aéroport se trouve aux portes sud-ouest du périphérique et empêche toute nouvelle zone de construction. Difficile là encore de communiquer sur le sujet aussi simplement qu’avec un symbole comme Notre-Dame-des-Landes. Comme l’ont souligné certains intervenants, nous aurions été mieux inspirés en soutenant les cheminots en 2010 dans leur combat en faveur du fret SNCF. Pour aller plus loin dans une optique internationaliste, il n’est pas interdit d’essayer de sensibiliser l’opinion en Chine et aux États-Unis responsables de 42,2% des émissions mondiales de CO2.

Légalité/légitimité – Le discours sur la légitimité des activistes face à la légalité de l’État fait florès derrière les micros devant des assemblées bien sages. Mon esprit critique se fait très bien à ces débats philosophiques, en revanche mon esprit petit bourgeois s’offusque un peu lorsque la grange d’un agriculteur qui a porté plainte contre un activiste prend feu1 ou que l’on se « défend » avec des cocktails Molotov qualifiés de légitimes. Les violences de l’extrême-droite lors de manifestations contre le mariage pour tous ont été condamnées par les partis de gauche, celles-ci doivent l’être également. Les politiques doivent tenir compte des éventuelles répercussions de leurs discours sur le terrain.

Suspicions – Le préfet qui a préparé l’avis d’appel public à la concurrence pour la construction de l’aéroport (et non signé la déclaration d’utilité publique comme parfois affirmé) est depuis parti à la Cour des comptes avant de rejoindre Vinci2. Ce n’est, hélas, ni la première ni la dernière fois qu’un haut fonctionnaire délaisse l’intérêt général et le service de la République pour rejoindre un groupe qu’il a parfois contribué à privatiser. Mais l’esprit critique et le doute ne doivent pas s’arrêter là. Un rapport « indépendant » commandé par Vinci pour affirmer la nécessité d’un nouvel aéroport aurait-il eu le moindre poids ? Non. Pourquoi alors prêter davantage de crédit à un rapport commandé par une association militant contre l’aéroport, dont les seules contributions et informations ont été apportées par… les opposants à l’aéroport. Continuons dans cette logique de suspicion généralisée. F. Verchère, à la tête des élus contre le déménagement de l’aéroport, est-elle l’élue d’une des communes concernées par les expropriations à Notre-Dame-des-Landes ? Non… elle fut élue maire sous l’étiquette socialiste à Bouguenais… ville qui accueille l’actuel aéroport. Si vous devez exercer votre esprit critique, ne vous arrêtez pas à mi-chemin.

L’intérêt général – Ce pour quoi il me semble qu’on a une sensibilité de gauche, le désir de faire passer l’intérêt de la collectivité avant l’intérêt particulier. 42000 citoyens sont aujourd’hui touchés par le Plan d’Exposition au Bruit. Avec le nouvel Aéroport du Grand Ouest, ce seront 845 personnes concernées. À entendre Jacques Généreux lors des Assises parler de dissociété, on pouvait penser que les activistes de Notre-Dame-des-Landes ne sont que le pur produit de notre société néo-libérale, un groupe qui se veut autonome sans avoir à prendre en compte comment vivre bien, pas seulement à une petite centaine dans des cabanes sur quelques hectares, mais tous ensemble. Ils ne font que reproduire une logique communautaire, sans vouloir participer au jeu politique et citoyen français. Rappelons que les activistes ne voulaient voir aucun drapeau politique lors des manifestations et que le député vert local a eu sa permanence vandalisée. Toujours lors de ces Assises de l’écosocialisme, j’ai pu visiter le village associatif qui se tenait à côté des débats. Anti-OGM, Anti-Nucléaire, se côtoyaient. Tous avaient en commun la sentence : « Le risque zéro n’existe pas ». Soit, pourquoi accepte-t-on dans ce cas de faire courir un risque à Nantes, la seule ville française dont on survole le centre lors de la phase finale d’atterrissage ?

L’écosystème humain – Jean-Luc Mélenchon et François Delapierre ont été bien inspirés de prendre leurs distances par l’ironie avec ceux qui voudraient accorder des Droits à la nature ou à l’eau : « Le droit est culturel, fait par les hommes ». Le sérieux aurait commandé que les envolées lyriques sur Notre-Dame-des-Landes soient traitées avec la même distance. Enfin, un passage du discours m’a laissé espérer qu’à l’avenir le parti de gauche parlerait davantage aménagement du territoire, télétravail et transports que défense de cabanes en bois :

Nous ne défendons pas la nature, mais l’écosystème humain

Un symbole tel que Notre-Dame-des-Landes est peut-être fédérateur, mais laisse courir le risque à terme de laisser apparaître un hiatus entrée théorie et engagement politique.

[Complément] Le centre-ville est survolé à très basse altitude une minute seulement avant le « toucher de roues ». 1 km. sépare le périphérique du seuil de la piste


Afficher une carte plus grande

[Mise à jour]

« trop coûteux » – Certains m’ont reproché de ne pas avoir répondu à cette critique. C’est vrai, je n’ai pas traité ce point, et pour une bonne raison : je n’ai pas entendu cette critique à gauche. Dans le cadre d’une lutte contre l’austérité un New Deal se fait toujours par des investissements d’infrastructure à l’intérieur du pays, ce qui stimule l’activité sans creuser la balance commerciale extérieure. J’ai bien entendu l’air c’est du « trop coûteux », mais en creusant un peu les mêmes chantaient aussi le refrain « politiques, tous les mêmes, fonctionnaires, trop payés ».
personnalisation du débat – Un des vices de la Ve République ? « petit politicien de province » « Ayrault-porc ». L’auteur de la première invective s’est maladroitement ravisé. Avis aux poètes manifestants : Jacques Auxiette, président de la région Pays de Loire, rime avec quéquette et toilettes, au choix. Et vivement la VIe République…

Les autres articles du blog consacrés à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : ici

28 réflexions au sujet de “L’ère du doute… mais jusqu’au bout”

  1. « Mon esprit petit bourgeois s’offusque un peu lorsque la grange d’un agriculteur qui a porté plainte contre un activiste prend feu ». Pouvez-vous donner la source. Merci

  2. Vos arguments sont intéressants. Problème à mes yeux, vous apporter vos contres arguments que par rapport aux arguments porter par la gauche institutionnnalisé (qui reste avec une vision électoraliste des choses). Aussi vous utilisez et appuyez le faux arguments médiatiques qui associent zadistes et casseurs pour éloigner le débat ou peut-être simplement discrédité ces gens et leurs arguments juste sur un titre de manchette. C’est dommage. La question de la violence est bien plus large. Sa définition même est difficile à arréter. Je vous invite à essayer. Objectivement pas si facile vous verrez.

    Quoi qui’l en soit, une des rares choses dont vous semblez sûr, c’est que « seul la ville de nantes est survolée par des avions ». Peut-on connaître votre source qui prouve ? Ensuite, sur cet état de fait, peut-on savoir s’il est possible sur ce même aéroport d’avoir une autre orientation. Dans différents documents audiovisuels et lettres de pilotes de lignes, ceux-ci racontent que même venant de ville du sud et indépendement de l’orientation du vent, ils doivent passer par le centre de nantes. Pourquoi, si c’est si dangereux, ne pas simplement avoir changer cela depuis des années? En Belgique, on s’engeule sur le survol de Bruxelles ou de la Flandre. Cycliquement on réoriente le tout mais on reconstruit pas un nouvel aéroport pour autant.

    Après une autre vision un peu restrictive de votre article est qu’on dirait que vous associer l’intérêt public seulememnt au conséquence sonore. Selon moi et à mon avis beaucoup de monde, d’autres paramètres peuvent rentrer en compte. Les coûts environementaux, financiers,…
    D’ailleurs un contreargument simple pourrait être de considéré que l’aéroport qui fait du bruit étant présent depuis plus de 50 ans, les habitants qui se plaignent de le subir n’ont qu’à ou n’avait qu’à déménager. C’est en connaissance de cause qu’on habite maintenant près de cet aéroport. La lutte contre celui-ci devait se faire il y a 50 ans. aujourd’hui c’est trop tard pour nantes sud. Pas pour notre dame des landes.

    Enfin sur l’argument qu’une des politiques contre le nouvel aéroport est le maire de l’ancienne, un regard sur les membres fondateurs et la composition de l’association contre le survol de nantes vous donne des arguments aussi dans ce sens (ex: le trésorier qui travail pour une boite de com qui bosse pour Vinci… peut-être un homonyme encore). Mais je pense qu’il y a aussi de quoi creuser.

    Voilà de nouvelle piste. Merci à vous de continuer votre enquête, comme vous recherchez l’objectivité, ça m’intéresse mais j’ai pas le temps de chercher pour tout. Je suis ça de loin et trouve que la désinformation va dans tout les sens.

    Bref, restons chercheurs.

    Bonne continuation.

  3. Vos arguments sont intéressants. Problème à mes yeux, vous apporter vos contres arguments que par rapport aux arguments porter par la gauche institutionnnalisé (qui reste avec une vision électoraliste des choses).

    La gauche la plus présente dans les institutions reste le Parti Socialiste. Ici, j’ai plutôt tenter de relever les arguments de la gauche critique (PG) peu présente dans les institutions. Vision électoraliste ?… Si les élections ne suffisent pas à un régime démocratique, elles lui sont en revanche indispensables.

    Aussi vous utilisez et appuyez le faux arguments médiatiques qui associent zadistes et casseurs pour éloigner le débat ou peut-être simplement discrédité ces gens et leurs arguments juste sur un titre de manchette.

    Je ne pense pas avoir associé zadistes et casseurs, mais je peux être plus clair: tous les zadistes ne sont pas des casseurs mais 1. ils doivent se désolidariser de leur porte-parole Feu aux societes collabos attaque incendiaire 2. il y a bien des casseurs parmi les zadistes.
    Ensuite j’assume mon jugement. Ce groupe est le pur produit d’une société néo-libérale qui n’arrive à avoir de vision du vivre-ensemble que dans le communautarisme.

    La question de la violence est bien plus large. Sa définition même est difficile à arréter. Je vous invite à essayer. Objectivement pas si facile vous verrez.

    Vous faites référence à l’opposition violence psychologique/physique ? Je ne suis pas certain que cette situation en soit le meilleur exemple. Les vidéos que j’ai pu voir ont réussi l’exploit de me rendre les CRS sympathiques…

    Quoi qui’l en soit, une des rares choses dont vous semblez sûr, c’est que « seul la ville de nantes est survolée par des avions ». Peut-on connaître votre source qui prouve ?

    Non, j’ai précisé » la seule ville française dont on survole le centre lors de la phase finale d’atterrissage »
    Survol du centre de Nantes
    Seule Toulouse pourrait être comparée à Nantes, mais j’ai lu que les avions ne survolaient pas le centre.

    Dans différents documents audiovisuels et lettres de pilotes de lignes, ceux-ci racontent que même venant de ville du sud et indépendement de l’orientation du vent, ils doivent passer par le centre de nantes. Pourquoi, si c’est si dangereux, ne pas simplement avoir changer cela depuis des années? En Belgique, on s’engeule sur le survol de Bruxelles ou de la Flandre. Cycliquement on réoriente le tout mais on reconstruit pas un nouvel aéroport pour autant.

    Je n’ai jamais prétendu vouloir être exhaustif sur le sujet, ce n’est pas mon rôle.
    J’ai déjà entendu ou lu ces rumeurs en effet. J’ai déjà également entendu que les pilotes qui sont actionnaires des lignes régionales ne voulaient pas voir arriver davantage de concurrence, ou que comme Roissy à sa construction, certains pilotes ne voulaient pas faire 1/2h de voiture en plus pour aller au travail.
    Rumeurs contre rumeurs, on n’avance pas.
    Réorienter la piste : déplacer des milliers de logements, beaucoup plus qu’à NDDL et les coûts seraient supérieurs à la construction du nouvel aéroport.

    d’autres paramètres peuvent rentrer en compte. Les coûts environementaux, financiers,…

    Coût environnemental : Il faudrait s’intéresser au lac de Grandlieu. Mais avant tout à l’étalement urbain, principale cause d’imperméabilisation des sols (très loin devant l’aéroport) et de pollutions (transports, CO2, …)
    Coût financier : Je vous laisse vous reporter aux débats contradictoires de l’enquête d’intérêt public. Je ne suis pas aller y fouiller en détail, ce n’était pas le thème de l’article.

    D’ailleurs un contreargument simple pourrait être de considéré que l’aéroport qui fait du bruit étant présent depuis plus de 50 ans, les habitants qui se plaignent de le subir n’ont qu’à ou n’avait qu’à déménager. C’est en connaissance de cause qu’on habite maintenant près de cet aéroport. La lutte contre celui-ci devait se faire il y a 50 ans. aujourd’hui c’est trop tard pour nantes sud. Pas pour notre dame des landes.

    Il y a 50 ans, les quelques avions qui arrivaient à Château-Bougon (ancien nom de l’aéroport) étaient des avions à hélice ! Autre époque, autres mœurs où prendre l’avion était en soi exceptionnel, le trafic était loin d’avoir atteint les 3,5M de passagers/an.
    Ensuite cela fait 20 ans qu’on dit aux nantais que l’aéroport sera déménagé. Contrairement aux habitants de NNDL dont les terres ont commencé à être achetées depuis 1974. Il y a une part de naïveté à prendre une production agricole sur ces terrains, non ?

    Mais je pense qu’il y a aussi de quoi creuser.

    Absolument, et ce serait aux journalistes de faire ce travail. Quand je vois Hervé Kempf sortir des infos qu’il voudrait faire passer pour des scoops alors qu’elles sont répétées (et contestées) en boucle depuis plus de 10 ans par les anti-NDDL, je me dis que Paris est parfois bien loin.
    Mais si vous enquêtez plus avant, n’hésitez pas à venir faire un retour sur vos recherches.

  4. Je pense que dans ce projet il faut sortir de l’écologie et parler économie. La France est sur-équipée en aéroports. Et sur ce projet, qui devrait être un vrai projet d’aménagement du territoire, il manque des points fondamentaux:
    – Aucune connexion TGV et Tram-Train vers le centre de Nantes, voir de Rennes à court terme
    – Aucune fermeture d’aéroport annoncée, à commencer par l’actuel aéroport de Nantes qui devra rester ouvert pour Airbus, Rennes annonce même la poursuite du développement de son aéroport (article dans le journal 20minutes cette semaine), Angers rien de prévu
    – Désengorger Paris? Quand on voit ce qui se passe à Reims Vatry on peut avoir des doutes, le TGV va mettre l’Ouest et Rennes à moins de 2 heures de la capitale, centralisme parisien et on peut le regretter mais vrai concurrence, de plus les aéroports parisiens sont gérés par une société côtée, fini l’aménagement du territoire, on parle de clients à Paris.

  5. Aucune connexion TGV et Tram-Train vers le centre de Nantes, voir de Rennes à court terme

    Vous avez bien fait de préciser à court terme, à long terme c’est faux.

    – Aucune fermeture d’aéroport annoncée, à commencer par l’actuel aéroport de Nantes qui devra rester ouvert pour Airbus, Rennes annonce même la poursuite du développement de son aéroport (article dans le journal 20minutes cette semaine), Angers rien de prévu

    Est-ce que ça concerne encore vraiment l’aménagement du territoire ?

    Désengorger Paris? Quand on voit ce qui se passe à Reims Vatry on peut avoir des doutes, le TGV va mettre l’Ouest et Rennes à moins de 2 heures de la capitale, centralisme parisien et on peut le regretter mais vrai concurrence, de plus les aéroports parisiens sont gérés par une société côtée, fini l’aménagement du territoire, on parle de clients à Paris.

    Nantes est déjà à 2H de Paris depuis longtemps, ce qui n’empêche pas le trafic de Nantes-Atlantique d’augmenter plus que les autres.
    Vous êtes pour une « vraie concurrence » (libre et non faussée aurait été de bon aloi pour finir le refrain libéral), mais regrettez qu’une société cotée gère un aéroport ?

  6. « Soit, pourquoi accepte-t-on dans ce cas de faire courir un risque à Nantes, la seule ville française dont on survole le centre lors de la phase finale d’atterrissage ? »

    Je vous renvois à l’avis des pilotes :

    [Les militants s’appuient désormais sur l’expertise technique de spécialistes de l’aéronautique. Thierry Masson est pilote de ligne chez Air France. Piqué au vif un jour de 2007 où il entend dire que le survol de Nantes est ‘dangereux’, il s’engage :

    ‘Certes, pour atterrir, il faut survoler la ville. Si on veut interdire les survols, il faudra fermer Toulouse, Marseille, Paris…’

    Avec quelque 200 collègues, il se met à fournir des arguments aux opposants ‘dans l’ombre, hors de toute association, en raison des pressions que l’on subit de toutes parts’. Littérature de l’aviation civile en main, il démontre techniquement l’inutilité d’un nouvel aéroport à Nantes :

    ‘L’approche : ni relief ni météo particulièrement sensibles à Nantes-Atlantique ;
    La capacité de la piste : l’actuelle (2 900 m + 100 m roulables et un taxiway parallèle) permet d’absorber 35 avions par heure, alors qu’il n’y en a que 10 à 12 actuellement ;
    La capacité du terminal peut aller jusqu’à 4,1 millions de passagers, il y en a pour l’instant 3,2 millions par an ;
    Les parkings : il y a un manque à Nantes-Atlantique, mais pourquoi ne pas en construire en étages comme ça se fait partout ailleurs ?
    Les servitudes, c’est-à-dire le réseau reliant à l’aéroport : il y a justement des voies de chemin de fer s’arrêtant à 150 mètres de Nantes-Atlantique, et le tram a son terminus à 1 km, pourquoi ne pas le prolonger ?’ ]

    Source : http://www.rue89.com/rue89-planete/2012/02/18/laeroport-de-notre-dame-des-landes-projet-inutile-ou-megalo-229275

  7. ‘Certes, pour atterrir, il faut survoler la ville. Si on veut interdire les survols, il faudra fermer Toulouse, Marseille, Paris…’

    Dans aucune de ces villes on ne survole la ville en phase d’atterrissage (phase la plus accidentogène). Étrange si c’est l’affirmation d’un pilote…

    Les servitudes, c’est-à-dire le réseau reliant à l’aéroport : il y a justement des voies de chemin de fer s’arrêtant à 150 mètres de Nantes-Atlantique, et le tram a son terminus à 1 km, pourquoi ne pas le prolonger ?

    J’en conclus que vous n’êtes jamais venue à Bouguenais…

    Après ce n’est pas à moi de répondre à un copier-coller à charge de Rue89 qui commence par C’est l’histoire d’une ville de province qui se prenait pour une capitale et qui se poursuit par vus de Paris. Si elle avait fait son boulot elle aurait cherché à rencontrer la partie adverse, mais bon, le tourisme en province, ça va bien 2 heures, après…

  8. – Connexion TGV pas avant 2030/2035, idem pour le Tram-Train rien de prévu à l’ouverture alors que la DUP est faite avec le Tram-Train (sa remet en cause la rentabilité de l’aéroport)
    – Concurrence avec Paris: J’ai rien contre le fait que les aéroports parisiens soit gérés par une société côtée mais leur but aujourd’hui c’est de garder des clients, pas de lacher des compagnies pour remplir d’avantage Nantes ou faire de l’aménagement du territoire (échec de Reims Vatry)
    – Aéroports locaux qui ne ferment pas: Concurrence entre les territoires à grand coup de subvention pour faire venir les Low Costs, pas d’économie d’échelle.
    – La France est largement sur-équipée en aéroports par rapport à l’Allemagne ou au Royaume Uni, il est temps d’optimiser l’existant vu les déficits publics

    Concernant la ‘vraie’ concurrence je vous invite à faire un article sur les aéroports français. Combien d’aéroports rentables sans subventiosn publiques? Je ne devrais même pas dire rentable mais juste à l’équilibre… Il est temps d’ouvrir le débat sur la rentabilité des infrastructures en France. Je soutiendrais cet aéroport du Grand Ouest si c’était un vrai projet d’aménagement du territoire: Fermetures des aéroports de Nantes, Rennes et Angers, liaison rail depuis la Bretagne, transfert de quelques Hub actuellement à Paris, vrai liaison tram-train entre Nantes centre et Rennes centre… Deux articles fort interressant :
    http://www.20minutes.fr/article/1054931/thierry-ligonniere-laeroport-rennes-va-developper
    http://www.bastamag.net/article2770.html

  9. j’ai mis rue89 en source mais le copier coller est bien la citation d’un pilote, mais bon soit, aucun intérêt à y répondre, c’est plus simple comme ça.
    Et non je ne vais jamais a Bouguenais, parce que je ne prend jamais l’avion, et que si je dois aller à Paris je prend le train où je fais du covoiturage, car comme beaucoup de français je n’ai absolument pas les moyens de me déplacer en avion, c’est pour ça que la pertinence de ce projet m’échappe, je ne vois vraiment pas à qui il s’adresse, quand on voit la pauvreté en France aujourd’hui je ne pense pas que construire des aéroports pour « attirer des entreprises, des chercheurs, des créateurs, des touristes sur nos territoires ligériens et bretons » (http://www.ouialaeroportdugrandouest.fr/) soit une priorité, et franchement vous pensez vraiment que ces entreprises, chercheurs et créateurs attendent patiemment aux portes de notre région que nous construisions cet aéroport et après seulement il daigneront s’installer sur notre territoire.

    Bon et apparemment je n’aurai pas du citer ma source car vous avez l’air plus enclin à discuter de cet article et de l’impartialité de Rue89, du coup voila un article de ouest france (oui encore un un média de gauchiste anti capitaliste, ah non mince…) avec encore une fois un pilote qui vous donne son point de vue sur ces notions de sécurité
    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Nouvel-aeroport-nantais.-L-argument-securite-est-un-gros-mensonge-dit-un-pilote_39382-2036547_actu.Htm

  10. Je ne fuis pas le débat, mais je ne vais rentrer sur ce terrain. Les services publics ont-ils à être rentables ? La Sécu est-elle rentable ? L’éducation nationale est-elle rentable ? La petite ligne de chemin de fer qui vient désenclaver un village de campagne a-t-elle à être rentable ? Je regrette seulement qu’on privatise les structures les plus lucratives (autoroutes, aéroports) pendant qu’on nationalise les pertes. Vinci va ainsi bénéficier d’une concession de 55 ans de l’AGO sur une structure qui promet d’être largement rentable.

  11. D’accord avec vous, mais ne confondons pas service public comme la sécu et aéroports contruis en sur-nombre. Il est tout de même bien plus urgent de mettre de l’argent dans les réseaux TER un peu partout en France et modernisé les lignes RER qui servent à des milliers de prolos tous les jours. La privatisation des autoroutes est un scandale, et faire un PPP de plus de 50 ans pour cet aéroport avec zéro risque pour Vinci est lamentable. Si cet aéroport est super pourquoi la collectivité met de l’argent? Vinci doit le financer à 100%!

  12. Bonjour,

    Vous faites bien de citer vos sources, je ne vous le reprochais pas. Je reprochais le caractère « ethnocentré » de l’article -la province vue de Paris-. Son côté partisan, lui, ne me choque pas plus que ça. Mais qu’elle n’ait pas rencontré la partie adverse lors de son court déplacement, c’est ce qui me semble une faute journalistique. Je comprends qu’un essai soit à charge, un article de presse, un peu moins (bien que ce soit la presse que je lise le plus, paradoxe!).
    Je ne dénie pas les compétences du pilote, bien que son argumentation me paraisse faible : « il y a toujours plus dangereux ». Oui le risque d’accident de voiture est plus grand que celui d’un accident d’avion, de centrale nucléaire, ou de mort après ingestion d’OGM. Et après ?… On pourrait discuter de la culture du risque zéro, mais les nantais n’ont pas à être davantage exposés parce que ça ne dérange pas ce pilote de survoler Nantes.
    Mon article est là pour mettre en question des discours qui apparaissent porteurs de l’idée de bien commun. Je ne vais pas creuser par manque de temps, mais ces pilotes ont déjà vu arriver d’un mauvais œil des compagnies à bas coût à Nantes. Un plus grand aéroport, c’est encore plus de concurrence pour des pilotes qui sont parfois actionnaires dans leur compagnie.
    Sans compter que toutes ces considérations ont déjà été entendues pour la déclaration d’utilité publique. Et redemander un débat dont on n’approuve pas les conclusions me paraît peu loyal. Mais vous avez déjà dû entendre cet argument !
    Quant aux trajets Nantes-Paris, ils continueront à se faire majoritairement par le rail (sans doute encore davantage puisqu’on éloigne l’aéroport du centre-ville).
    Enfin, oui la pauvreté est grande mais la France n’a jamais été aussi riche. Alors partageons aussi pour mieux découvrir le monde.

    Merci pour votre contribution.

  13. Construits en surnombre

    Discutable. La comparaison est toujours faite par rapport au Royaume-Uni. Voulons-nous vraiment ressembler au R-U en matière de transports ?
    De plus décompter les aéroports qui accueillent seulement les avions taxi n’est pas forcément pertinent.

    La privatisation des autoroutes est un scandale

    Entièrement d’accord

  14. http://www.bastamag.net/article2770.html
    http://www.lunion.presse.fr/actu/vatry-cherche-des-partenaires

    Je ne suis pas pour le modèle britannique. Mais niveau aéroport la France est super bien équipé actuellement. Penchez vous du côté de Pau, Tarbes, Brive ou un super aéroport devait faire venir des usines, Metz-Nancy, Reims Vatry, Angers (peut être le pire scandale), Tours… Bref la liste est longue… Je pense que la solution, si Nantes est réellement saturé, c’est une liaison ferroviaire digne de ce nom entre Rennes, Angers et Nantes et répartir les avions sur ces aéroports.

  15. Nantes-Rennes 1h14 en TER et Nantes-Angers 0h36 en TGV
    Oui, les aéroports que vous signalez connaissent parfois des baisses de trafic mais Nantes et l’Ouest continuent d’accueillir de nouvelles populations et de voir augmenter le nombre de passagers
    http://fr.wikipedia.org/wiki/A%C3%A9roport_Nantes_Atlantique#.C3.89volution_du_trafic
    Mais j’entends votre argument de décentralisation de la région. Mais les compagnies aériennes privées ont, elles, intérêt à mutualiser leurs services sur une infrastructure. Raison pour laquelle de nombreux bretons viennent trouver à Nantes des destinations dont ils ne disposent pas à Rennes.

  16. 8 décembre 2012 à 16 h 50 min

    Bonjour,

    Beaucoup de chose à redire sur certaines des affirmations de cet article. Je voudrais seulement revenir sur l’idée de l’intérêt général ou du bien commun. Vous abordez ce concept d’un point de vue comptable en tenant compte seulement d’indicateur de quantité par la comparaison des personnes touchées par l’ancien ou le nouveau projet. D’une part, sur ce plan nous pourrions multiplier les comparaisons sur d’autres échelles et d’autre part, l’idée qu’une partie de la population – qui bénéficient des infrastructures – le fassent au détriment d’une autre partie me laisse perplexe. Notre monde n’est il pas organisé de cette façon ? La France peut se vanter de profiter d’une énergie « propre » comme le nucléaire sans faire subir à sa population les risques d’exploitation du minerai. Le poids des villageois qui vivent au quotidien les impacts de cette industrie est bien faible par rapport à celui des 60 millions de français. Nous sommes devenu des sociétés qui refusent d’assumer ses choix et qui les font porter sur d’autres populations ou encore les générations futures. Quid du bien commun pour les générations futures ? Comment demander leur avis ? Si les nantais veulent un aéroport international, ils doivent vivre avec ce risque industriel. La régions nantaise se vante d’une progression de sa démographie de 900 000 personnes dans les années à venir. Mais qui nourrira cette population si nous détruisons les terres nourricières locales?

    L’idée comptable est très pratique pour les économistes, par contre il y est impossible d’inclure des valeurs non quantifiables comme la valeur esthétique, biologique, tec. d’un bocage ou d’un paysage. L’intérêt général ne se limite pas à une vision anthropocentrée et les êtres humains ont aussi des besoins non marchands.

    Merci
    Léo
    __________________________________________________________________

    9 décembre 2012 à 2 h 24 min

    Merci des commentaires mais vous ne répondez pas à la difficulté de mise en pratique de l’intérêt général dans ce dossier complexe. Le problème étant l’articulation des échelles. Favoriser et miser l’intérêt régional – d’une manière ou d’une autre – sur la croissance des émissions de GES est contraire à l’intérêt général de l’humanité ou alors pourquoi poursuivre le financement des grandes rencontres internationales à ce sujet. Sur ce plan je préfère cette devise : » penser globalement, agir localement »

    Ensuite, permettez-moi de ne pas être d’accord avec votre dernière citation dans laquelle j’y peux lire un certain renoncement et fatalisme face aux changements sociaux. Il semble plus facile de penser la fin du monde que la fin du productivisme (son corollaire le consumérisme) qui soit capitaliste ou socialiste.

    Enfin, pour l’industrie de l’aviation mais aussi valide à d’autres mode de déplacement, le voyage importe peu, c’est la destination qui compte. Au contraire, le chemin est plus important et voyager signifie modifier son trajet et ses arrêts au gré de son humeur

    Cordialement
    Léo
    __________________________________________________________________

    9 décembre 2012 à 16 h 05 min

    Il est évident que nous partageons pas les mêmes craintes concernant les effets à court terme de la raréfaction du pétrole et de l’impact des changements climatiques.

    Mais êtes-vous sérieux lorsque vous avancez que la nouvelle plate-forme aéroportuaire va permettre de lutter contre l’étalement urbain. Je trouve cet argument complétement fumeux. Premièrement il semble que nous dirigeons vers deux aéroports (Air-bus voulant conserver ses activités). Même sans cela la connexion entre Nantes et NDDL se fera par voiture (un parking de 7000 place est prévu dans les plans ; merci pour la réduction des émissions) et sera accompagnée par de nombreux services nécessaires grignotant encore davantage la campagne. La lutte contre l’étalement urbain passent par une politique de logement. Je n’idéalise pas la campagne, le seule chose dont je suis certain c’est que nous pouvons nous passer d’aéroport mais pas de légumes, ni de biodiversité.

    Cordialement
    ____________________________________________________________________

    10 décembre 2012 à 17 h 38 min

    Avancer des arguments écologiques pour défendre ce projet est soit de la mauvaise foi ou soit une malhonnêteté. Le développement du secteur de l’aviation est anti-écologique même si on doit le reconnaitre il n’est pas le seul responsable de la dégradation écologique planétaire. Il est vrai que les multinationales ont aujourd’hui rendu soluble le discours écologique pour faire passer leur intérêt personnel.
    Je ne nie pas les problèmes des Nantais concernant la pollution sonore affectant leur qualité de vie mais penser que cet aéroport résoudra tout leur problème est un pas que je ne ferais pas. D’autant plus, le périphérique Nantais, les passages des trains et tramways empoisonnent également les oreilles de nombreux habitants et peu de choses sont faites par les élu. Peut-être que les populations concernées ne sont pas économiquement intéressantes ? Si on suit votre logique peut-être devrions-nous également déplacer ces infrastructures dans des zones moins densément peuplés ou alors est-ce le prix à payer pour une métropole qui veut être moderne ?

    Vous mettez de l’avant le manque de culture des Zadistes mais je vous invite à prendre connaissance des conclusions du GIEC. En tant que pays développé et nous avons une responsabilité historique en terme d’émission de GES. Nous devrions donc être très prudent sur des projets qui vont structurer des territoires pendant des décennies sans quoi rendra la lutte aux changements climatiques – qui mettent des territoires et populations en périls – plus difficile. L’enjeu est planétaire et il est temps d’en prendre la pleine mesure à moins que vous doutiez de la réalité des changements climatiques ?
    Nous sommes dans le confort et l’indifférence.

    Pourquoi vouloir réinventer la roue alors que les alternatives existent et ont seulement besoin d’être essaimer. Changer pour changer et faire la même chose participe de l’emprise publicitaire. Ce qui existe auparavant devient rapidement désuet, il vous faut la dernière innovation. J’ai une autre conception du temps individuel et social. Des projets d’agricultures biologiques et locaux sont peut-être anti-modernes et insuffisamment stimulants sur le plan scientifiques (l’avenir est aux OGM cultivés dans des contrées éloignées) mais ils font partis de la transition énergétique.

    Finalement je suis d’accord avec vous qu’il se joue quelque chose de plus important que la simple lutte à une nouvelle infrastructure. NDDL est la rencontre explosive entre des visions du mondes antagonistes. C’est avant tout un discours de rupture avec tout les discours des politi-développeurs qui eux manquent d’ambition philosophiques et de courage politique et imaginent plus facilement la fin du monde que les limites du développement.

    Malheureusement l’urgence la situation écologique n’est plus aux dissertations philosophiques et demande des actes de courages et de résistances malgré le déficit démocratique institutionnel de la part des opposants. On se souviendra que le droit de vote accordé aux femmes s’est gagné dans la rue à coup de vitres cassées. Face à l’inventaire des catastrophes présentes ou à venir qui ne cesse de s’allonger, nous avons besoin d’expérimenter un autre rapport à la nature et à notre humanité et c’est le message que donne les opposant. Il est évident que ce message se connecte mal avec l’imaginaire du développement à tout prix, imaginaire dans lequel nous avons été pédagogiquement habitué.

    Merci de vos échanges
    Léo
    _________________________________________________________________
    11 décembre 2012 à 15 h 32 min

    Premièrement connaissez-vous suffisamment les opposants à NDDL pour affirmer qu’ils ne se mobilisent pas pour la planète ? Pour rappel, un action camp climat c’est tenu à NDDL en 2009 afin d’articuler lutte locale et enjeux globaux.

    Deuxièmement, je n’achète pas aussi l’idée aussi simple à savoir que l’Europe soit devenue tout à coup vertueuse. Faire mieux que les autres n’étant ni un objectif ni une finalité :

    Un recul de 7% comme vous l’affirmez est nettement insuffisant et pas du tout glorifiant. On parle d’une nécessaire réduction de l’ordre de 70% pour les décennies à venir. Et faire le pari de l’aviation devrait anéantir les efforts qui seront demandés à toutes et tous.

    De plus, l’avance de l’Europe et de la France en terme d’émissions de GES est toute relative

    1. Les pays qui ont un passé historiquement industriel ont un poids plus important dans l’accumulation des GES dans l’atmosphère et pas seulement en terme d’émission annuelle.

    2. Les calculs des émissions de GES tiennent rarement compte des émissions de CO2 lié aux importations et confirmeraient bien le poids des délocalisations dans nos rejets des GES.

    3. Il n’y a pas que le gaz carbonique qui pèse dans la hausse des émissions de gaz à effet de serre et d’autres molécules participent au phénomène. En tenant compte des mécanismes physiques et des particules en jeux, certains affirment même que l’impact du transport aérien sur l’effet de serre est sans doute 2 à 4 fois plus élevé.

    Pour finir et pour faire dans la métaphore culinaire, le problème n’est pas de savoir comment faire des blancs en neige mais de savoir si ceux-ci sont digestes. Mon nez me dit le contraire

    Bien à vous
    Léo

    PS. N’avez-vous aucun doute en ce qui concerne le contrat avec Vinci. Le peu que j’ai pu lire fait porter le risque en cas d’échec sur les collectivités et l’État. Alors que les élus pro NDDL affirment sur toutes les tribunes que ce projet sera assurément rentable alors pourquoi ne pas en être collectivement propriétaire?
    ___________________________________________________________________
    11 décembre 2012 à 16 h 11 min

    Ils ont lu et sont préparés politiquement. Je semble décerner un peu de condescendance de votre part. Et je vous invite à aller les rencontrer autrement que par le truchement médiatique. Peut-être découvriez-vous une autre culture politique oubliée de nos livres d’histoires. Celles de la lutte et de la résistance. La politique ne se fait pas seulement dans les salons feutrés. Je vous rappelle que malgré la machine médiatique les français ont rejeté par référendum le projet de constitution européenne avant de le faire passer au parlement. Tout cela nourrit le cynisme et affaiblit dans les consciences la souveraineté de la population face aux instances décisionnelles. On pourrait être surpris de la distance entre la population et les élus sur ce projet.

    Quelques exemples de minorité active qui ont déclenchées des changement profonds dans nos sociétés : la lutte contre les méga-projets qui infligent des cicatrices à nos territoires définissent peut être un nouveau paradigme (http://www.lapresse.ca/debats/le-cercle-la-presse/actualites/201205/01/48-215-vouloir-regler-le-conflit-etudiant-par-largumentum-ad-populum.php)

    Les 5 et 6 octobre 1789, 3000 femmes marchent sur Versailles. La France comptait alors environ 26 millions d’habitants. Une poignée de mégères, donc, hurlant pour du pain, qu’on a bien tenté de faire taire en les bourrant de brioche. Pourtant, les 60 millions de Français d’aujourd’hui sont bien fiers de ce mouvement d’indignation qui a mené à la République.

    – Entre 1876 et 1918, quelques milliers de femmes britanniques ont milité pour le droit de vote. L’Angleterre comptait 40 millions de personnes. On les a bafouées. Intimidées. Ridiculisées.

    – En 1918, quelques centaines de milliers de personnes appuyaient Gandhi qui voulait faire de l’Inde, sans violence, un pays indépendant. Est-ce que cette minorité ne représentait pas les 251 780 millions d’Indiens d’alors ? Ceux qui ne faisaient pas la grève de la faim étaient d’accord pour demeurer un peuple soumis, traité en sous-citoyen ?

    – En 1944, on comptait entre 300 000 et 500 000 résistants en France occupée. Les 40 millions de Français qui n’étaient pas dans le maquis, ils voulaient rester sous la houlette nazie, vous croyez ?

    – En 1963, les États-Unis comptaient 160 millions d’habitants. Le 28 août, 250 000 personnes se réunissaient devant le Capitole pour demander que les Noirs aient les mêmes droits que les Blancs. Est-ce que la majorité silencieuse était vraiment du côté des lyncheurs du Mississippi ?

    Est-ce que ces gens qui résistaient et luttait, et certains de façon illégale contre une certain ordre établit manquaient eux-aussi de culture ?
    _____________________________________________________________________
    12 décembre 2012 à 18 h 06 min

    Je crois que vos propos sont malhonnêtes. Mettre de l’avance l’incohérence stratégique des opposants ne vous donne peu de candeur car tout opposant se retrouvent devant cette terrible dialectique : confiance ou non dans l’indépendance du système judiciaire. Que faire devant l’injustice : résister ou se résigner ? C’est un bel et beau grand débat. D’une part, l’accès au droit n’est pas égal pour tous et toutes du fait d’une inégalité économique criante et par manque d’accès à l’expertise critique. Nous connaissons les méthodes grossières des audiences publiques ou la parole du simple citoyens est confrontée devant à celle des experts. Nous connaissons les méthodes des porteurs de projet pour faire taire toute contestation citoyenne. De plus, il y a toujours de recours dont les conclusions n’ont pas été rendu. Il aurait été sage d’attendre la fin possible de tous ces recours avant de procéder aux débuts des travaux. Si je vous suis, il aurait fallu autoriser la construction de la centrale du Carnet?
    _____________________________________________________________________
    12 décembre 2012 à 22 h 31 min

    Voilà à quoi le simple citoyen est confronté : « L’inventaire de la faune a été effectué à la mauvaise saison pour démontrer que certaines espèces n’existaient pas. Les expertises environnementales ont été réalisées par des cabinets payés par le porteur de projet ». Comment peut il alors ce faire une idée raisonnable?
    ___________________________________________________________________
    12 décembre 2012 à 22 h 36 min

    Concernant la centrale du Carnet, le tribunal de Nantes avait demandé le gel des travaux pas leur suspension. Mais en 1997, le premier ministre annonce que le « ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie a demandé à EDF de renoncer » à son projet d’aménagement. Cela ressemble plutôt une décision politique que judiciaire!!!!!

  17. 9 décembre 2012 à 0 h 01 min

    Si les nantais veulent un aéroport international, ils doivent vivre avec ce risque industriel

    On vit avec un risque naturel (volcans, tremblements de terre, …), mais le risque industriel, on a toujours le choix de le déplacer.

    La régions nantaise se vante d’une progression de sa démographie de 900 000 personnes dans les années à venir. Mais qui nourrira cette population si nous détruisons les terres nourricières locales?

    Il y a encore quantité de terres en friche à l’intérieur même du périphérique (sous lignes haute-tension, zones inondables, …) et dans tout le département. Les 30 agriculteurs qui ont été expropriés ont trouvé d’autres terres à travailler sans trop de difficultés je crois.

    L’intérêt général ne se limite pas à une vision anthropocentrée

    Je cite : « Une morale non anthropocentrée conduit inévitablement à nier le fondement de toute morale, à savoir la règle d’or selon laquelle il ne faut pas faire à autrui ce que nous ne voudrions pas qu’il nous fît »
    « Si le principe suprême est l’égalité de toutes les espèces, à l’existence, nous devons supprimer l’immense majorité des hommes sur terre, dont le surnombre occasionne la disparition accélérée d’un grand nombre d’espèces »
    Université de tous les savoirs – Tome 6, Qu’est-ce que la culture ?

    les êtres humains ont aussi des besoins non marchands.

    Oui, et les bonheurs du voyage en font partie.

    Je vous remercie
    _______________________________________
    9 décembre 2012 à 14 h 34 min

    Ma définition de l’intérêt général : Intérêt du plus grand nombre sur le long terme. (peut-être trop courte à votre goût ?)
    Ce n’est pas à moi de faire de la publicité pour Vinci, mais le nouvel aéroport est HQE, il consomme 3 fois moins que l’actuel.
    Je me répète mais le déménagement de l’aéroport permet d’éviter l’étalement urbain qui est la cause première des émissions à cause des trajets quotidiens domicile-travail.
    Et je pense que les compagnies aériennes font trop la promotion du confort de leurs voyages pour laisser penser que le déplacement importe peu pour elles.
    Et, oui, l’avion évite hélas de se perdre. Dans un monde idéal chacun de nous aurait le choix de prendre le temps caboter le long des côtes nord-américaines pour nous rendre à New-York, mais en attendant nous nous y rendons en avion.
    ___________________________________________________
    9 décembre 2012 à 16 h 30 min

    Mais êtes-vous sérieux lorsque vous avancez que la nouvelle plate-forme aéroportuaire va permettre de lutter contre l’étalement urbain

    Oui, tout à fait sérieux

    Même sans cela la connexion entre Nantes et NDDL se fera par voiture (un parking de 7000 place est prévu dans les plans ; merci pour la réduction des émissions)

    C’est déjà le cas sur l’actuel aéroport, tous les passagers arrivent en voiture.
    Le nouvel aéroport n’est pas raccordé au réseau ferroviaire à son ouverture, certes, mais cette liaison est prévue.

    La lutte contre l’étalement urbain passent par une politique de logement

    Entièrement d’accord

    Je n’idéalise pas la campagne, le seule chose dont je suis certain c’est que nous pouvons nous passer d’aéroport mais pas de légumes, ni de biodiversité.

    Il y a 45.000 hectares de terrain en friche dans les 24 communes autour de Nantes qui pourraient être recultivées dans le cadre d’une agriculture de proximité.
    ______________________________________________
    11 décembre 2012 à 14 h 29 min

    À vous lire je pense que nous sommes d’accord sur le fait que La maison brûle et nous nous étripons pour savoir si les blancs en neige doivent être battus à la main ou au batteur électrique, pour paraphraser Chirac.
    Je connais les conclusions du GIEC, je sais également que l’Europe est devenue vertueuse (proportionnellement aux autres continents). La France a diminué de 7% ses émissions entre 90 et 2010, insuffisant certes mais les engagements pour les années à venir sont plus ambitieux. À côté les vrais pollueurs de la planète ont quitté le protocole de Kyoto, bloqué toute discussion à Doha et continuent de faire comme si le reste du monde n’existait pas. Si tous ceux qui se mobilisent pour Nddl voulaient bien se mobiliser pour la planète, ils iraient voir de ce côté, mais les blancs en neige semblent les passionner.
    _______________________________________________________________
    Oui, je souhaite seulement que pour beaucoup d’activistes, ce soit une occasion de mettre le pied à l’étrier de la politique, et qu’ils développent par la suite une vraie culture à force de lectures et de confrontations d’idées.
    Quant au niveau d’exigence du SDAGE, je vous avouerai que je n’ai pas d’avis sur ce sujet, faute d’informations suffisantes.
    _____________________________________________________________
    12 décembre 2012 à 16 h 28 min

    Nous serons en désaccord sur ce point. Une part des zadistes est certainement sympathique et ne demandent qu’à faire vivre leurs idéaux. Mais s’ils ont lu et sont préparés politiquement comme vous l’affirmez, alors ils s’efforcent d’apparaître plus bêtes dans leurs écrits qu’ils ne le sont dans la réalité.

    Un exemple aurait suffi : les Communards, dont les 2/3 illettrés ont défendu la France et son esprit contre les Prussiens et ses collaborateurs.
    Tous ces exemples ont un point commun, les résistants font face à un régime oppressif.
    À NDDL les manifestants utilisent les armes mises à leur disposition dans un état de droit : la manifestation, la justice et la démocratie.
    Aucune manifestation n’a été interdite.
    Les opposants se sont munis de tous les recours juridiques au niveau national ou européen. Quand une décision de justice a le malheur de leur déplaire, elle est qualifiée de « justice de classe ». Il faut trouver une cohérence, contre le système mais avec ses outils ? Les opposants seront sans doute d’avis que nous ne vivons pas dans un État de droit mais dans un État oppresseur, mais qu’ils gagnent en cohérence et arrêtent de faire appel à cet État de droit contre les expulsions. On ne peut pas jouer sur les deux tableaux.
    Si on veut jouer au jeu des références historiques, peut-être n’est-ce après tout qu’une répétition des combats que se sont livrés les jacobins et les chouans. L’histoire se répète, la première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce. Ces nouveaux chouans nous jouent une mauvaise farce.
    ________________________________________________________________

    12 décembre 2012 à 18 h 41 min

    Si faire des recours par voie judiciaire aux niveaux français et européen par l’entremise de plusieurs avocats, c’est l’image que vous avez du simple citoyen perdu devant la complexité du système… peut-être un exemple autre que celui de nddl serait plus approprié ?
    Pour la centrale du Carnet, la justice a donné raison aux opposants…

  18. Bonsoir Gaëtan.

    Se faire l’avocat du diable est quelque chose de tentant, je l’avoue, mais dans ce billet je trouve que vous adoptez les même arguments que les défenseurs de ce projet, sans employer le même esprit critique que celui que vous déployez pour ce qui concerne ceux des opposants. On est donc loin d’une certaine neutralité ou objectivité.

    Je n’ai pas l’ambition de répondre à tout ce qui est dit dans ce billet, mais je voudrais argumenter sur quelques détails.

    Tout d’abord, même s’il existe des opposants purement « pavloviens » à ce projet, ainsi que personnes intéressées par sa non-construction, il y a aussi des gens qui ont des arguments dénués de toute mauvaise foi ou connotation politique. Oui, certaines personnes s’intéressent aux oiseaux, aux zones humides où à la flore des pelouses alpines, avant même qu’on viennent y déposer du bitume et que les politiques s’en mêlent. Souvent, ils n’habitent même pas très loin et viennent parfois en vélo et non avec leur gros 4×4 émetteur de CO2.

    Cela étant, rentrons dans les détails :

    – Comme vous l’avez souligné, l’étalement urbain est un grand problème environnemental, mais la construction de ce nouvel aéroport ne pourra que contribuer à l’aggraver. Par ailleurs, l’ancien ne sera pas converti en logements que je sache. Pour lutter contre cet étalement, la seule solution est de reconstruire les villes dans leur emprise actuelle et de repenser le modèle pavillonnaire.

    – Pour ce qui concerne les atterrissages au dessus de la ville, je vous invite à venir du coté de Marseille-Provence, voir comment les avions manœuvrent en fonction du vent et de la météo. Il n’est pas rare qu’ils passent à moins de 100 m des toits des communes environnantes.

    – Quand au conflit d’intérêt qui touche cette affaire, avec l’ancien préfet M. Hagelsteen, permettez moi de ne pas pensez comme vous. Il n’est tout simplement pas admissible qu’un haut fonctionnaire traite avec une entreprise privé pour la signature d’un partenariat public-privé, puis aille ensuite travailler chez elle. Le fait que cela se fasse aussi ailleurs n’atténue en rien la gravité de la chose.

    Sur ceux je vous souhaite une bonne soirée.
    Cordialement.

  19. Bonjour,

    Souvent, ils n’habitent même pas très loin et viennent parfois en vélo et non avec leur gros 4×4 émetteur de CO2.

    Il y évidemment des gens qui se manifestent de bonne foi pour préserver leur cadre de vie. Mais les mêmes n’hésitent pas à venir de tout le grand ouest prendre l’avion à Bouguenais sans se soucier du cadre de vie de ses habitants. C’est ce qu’on appelle le Not In My BackYard NIMBY.

    – Comme vous l’avez souligné, l’étalement urbain est un grand problème environnemental, mais la construction de ce nouvel aéroport ne pourra que contribuer à l’aggraver. Par ailleurs, l’ancien ne sera pas converti en logements que je sache. Pour lutter contre cet étalement, la seule solution est de reconstruire les villes dans leur emprise actuelle et de repenser le modèle pavillonnaire.

    On met un aéroport loin de la ville, en quoi est-ce que cela pourrait contribuer à l’étalement urbain ? Les zones d’habitation se sont-elles multipliées autour de Roissy ou d’Orly ? Non, c’est au nord et à l’ouest du département que les constructions se sont le plus développées. En dehors du fait que la libération de la zone aéroportuaire permettra à moyen terme un rééquilibrage nord/sud à Nantes. Pour l’instant les habitants du sud ont droit aux nuisances aéroportuaires avant d’aller et venir matin et soir sur un périphérique encombré.(rééquilibrage nord/sud)

    – Pour ce qui concerne les atterrissages au dessus de la ville, je vous invite à venir du coté de Marseille-Provence, voir comment les avions manœuvrent en fonction du vent et de la météo. Il n’est pas rare qu’ils passent à moins de 100 m des toits des communes environnantes.

    Même si ces survols paraissent étonnants, je suis prêt à vous croire. Mais le « y’a toujours pire » ne me tient pas lieu de philosophie.

    Il n’est tout simplement pas admissible qu’un haut fonctionnaire traite avec une entreprise privé pour la signature d’un partenariat public-privé, puis aille ensuite travailler chez elle. Le fait que cela se fasse aussi ailleurs n’atténue en rien la gravité de la chose.

    Je ne pense pas avoir affirmé le contraire, entièrement d’accord, même si dans le cas présent il s’agissait non de la signature, mais de l’appel à la concurrence (4 sociétés se sont présentées dont Vinci et Bouygues pour les plus connues).

    Pour aller plus loin, vous admettrez que les zadistes ne sont pas les meilleurs défenseurs de la nature. Ils ont un combat qui est le leur, la nature en fait accessoirement partie. Vouloir réinventer la roue en plantant un potager auto-géré, voilà qui manque singulièrement d’ambition écologique. Ils gagneraient à potasser un peu les documents relatifs à la préservation des espèces de l’enquête publique. Mais leur combat contre l’aéroport et son monde recouvre peut-être aussi la lecture ?…

    Je vous remercie pour votre contribution

  20. Merci pour votre réponse.

    Non, les ZADistes ne sont effectivement pas les meilleurs défenseurs de la Nature et leur combat est politique, c’est une incarnation de divers courants altermondialistes, anticapitalistes, anarchistes… Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas raison sur certains points

    Les mesures compensatoires sur ce projet seront juste une façade pour se parer d’un peu de vertu. Leur application se fera à minima, en partie sur des opportunités. Le contrôle à posteriori sera quasi inexistant. Quand aux zones humides détruites, elles ne seront pas compensées au niveau d’exigence du SDAGE du coin. Mais pour être honnête, c’est le cas dans tous les projets d’aménagements en France. Nous appliquons les directives européennes et nos propres lois en trainant des pieds et avec la crise économique en cours, ce n’est pas prêt de changer…

    Et ce n’est pas la future « agence de la biodiversité » qui pourra faire évoluer tout cela d’un iota. Comme le disait un ex-président connu, « l’environnement, ça commence à bien faire ».

    Gaëtan Jarnot dit :
    11 décembre 2012 à 14 h 35 min

    Oui, je souhaite seulement que pour beaucoup d’activistes, ce soit une occasion de mettre le pied à l’étrier de la politique, et qu’ils développent par la suite une vraie culture à force de lectures et de confrontations d’idées.
    Quant au niveau d’exigence du SDAGE, je vous avouerai que je n’ai pas d’avis sur ce sujet, faute d’informations suffisantes.

  21. Puisque c’est la guerre et qu’il faut choisir sa bannière, je me range dans le camp… des sceptiques. Mais pour suivre ce projet depuis de nombreuses années, le bourrage de crâne infligé hier par les élus dans la presse locale et institutionnelle, et aujourd’hui par les opposants d’un jour ou de toujours à travers les blogs et les réseaux sociaux, commence à me gonfler sérieusement : la simplification outrancière, les approximations et omissions (au mieux), la suspicion, la mauvaise foi, la désinformation et la manipulation (au pire) sont présentes dans les deux camps, en proportion équivalente (si ! si !), et cet article a le mérite de rééquilibrer le débat en dévoilant la part imputable aux « anti ». Rien que pour cela merci, ainsi que pour la qualité de l’échange dans les commentaires. :-)

    La dimension symbolique* du projet a pris à mon sens une importance excessive au regard de la nature et de la taille de celui-ci, au point que tout débat posé, argumenté et rationnel sur les enjeux (économiques, environnementaux, territoriaux, et humains) est désormais difficile à avoir sur le web. Hélas.

    * je n’ai rien contre les symboles -ils peuvent être utiles dans certaines luttes mal engagées- mais à voir ce qui se prépare dans les pays émergents en matière de transport aérien (comme aujourd’hui l’annonce de la construction de 800 aéroports au Brésil http://bit.ly/Xdn6Pm ), la bataille du transfert-agrandissement de l’aéroport nantais semble bien dérisoire (les blancs en neige…)

  22. Merci pour ce compliment.
    En effet, les passions et les réseaux sociaux aidant, les discussions deviennent vite irrationnelles. Pas toujours simple pour qui veut bien descendre dans l’arène d’être qualifié de vendu ou de social-traître ! Mais je crois toujours qu’il est possible d’être rationnel, même si les données brutes (opendata) gagneraient à être plus accessibles pour rationaliser ce débat. Ce sera l’un des thèmes d’un de mes prochains billets.
    En vous remerciant

  23. Nous doutons que le PS soit en mesure de supporter la pression 10 ans comme pour le Larzac, d’autant plus que la lutte est en train de s’étendre à tout les projets d’aménagement.
    Et puis nous doutons aussi que le PS reste au pouvoir 10 ans :)

  24. J’ai entendu dire les opposants que leur cause n’a rien de commun avec le Larzac, il ne s’agit pas d’un terrain destiné à l’armée.
    Oui, il y aura probablement une alternance politique, mais pas nécessairement celle que vous semblez désirer. La droite investirait sans doute moins dans les infrastructures mais ne serait pas aussi tendre avec les opposants pour leur proposer 6 mois de dialogue lorsque 13500 manifestants le demandaient. Les 340 000 opposants au mariage pour tous n’ont pas eu ce privilège.

  25. Très bon article! Habitant à proximité de Notre Dame Des Landes j’en ai assez des articles qui font passer les opposants pour de gentils écolo et les pro-NDDL pour des horribles capitalistes pollueurs. Il n’existe malheureusement pas assez de sites qui creusent comme vous les incohérences des opposants et pourtant il y a de quoi faire!. Les ZADistes sont surtout des anarchistes qui sous couvert d’écologie se permettent d’utiliser la violence pour imposer leur point de vue. Ils critiquent le pouvoir en place (qui lui a été élu) sans faire de réelles propositions alternatives. C’est facile de rassembler du monde derrière un beau slogan mais beaucoup plus dur derrière un projet concret.

  26. ZAL comme Zone À Libérer ?
    Merci pour le compliment.
    Je pense que sur le long terme c’est vous les riverains qui ferez évoluer l’opinion publique. Les analyses et arguments ne pèsent pas lourd face aux passions politiques.
    Je vous remercie pour votre témoignage

  27. Je poste ici les commentaires du précédent blog :

    Monteil dit :
    4 décembre 2012 à 13 h 33 min

    « Mon esprit petit bourgeois s’offusque un peu lorsque la grange d’un agriculteur qui a porté plainte contre un activiste prend feu ». Pouvez-vous donner la source. Merci
    Répondre
    Gaëtan Jarnot dit :
    4 décembre 2012 à 14 h 03 min

    Source : http://www.presseocean.fr/actualite/aeroport-a-vigneux-un-hangar-agricole-ravage-par-un-incendie-suspect-28-11-2012-52617#

    Damien dit :
    5 décembre 2012 à 0 h 09 min

    Bonjour,
    Source sur les nouvelles fonctions du préfet Hagelsteen : http://fr.linkedin.com/pub/hagelsteen-bernard/38/37b/241

    Gaëtan Jarnot dit :
    5 décembre 2012 à 0 h 25 min

    Merci, mais certain que ce n’est pas un homonyme ?
    Dans le who’s who de 2012 il y a encore un Bernard Hagelsteen préfet :
    http://www.whoswho.fr/bio/bernard-hagelsteen_20360

    Gaëtan Jarnot dit :
    5 décembre 2012 à 12 h 12 min

    Sources complètes :
    Article de Kempf
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/04/notre-fric-des-landes-par-herve-kempf_1785281_3232.html
    Réponse de Hagelsteen
    http://mediateur.blog.lemonde.fr/2012/11/12/notre-dame-des-landes-mise-au-point/

    Bougane dit :
    5 décembre 2012 à 22 h 13 min

    Bien vu l’artiste ! quel talent ! mais c’est aussi devenu l’aire du doute!

    Nico dit :
    6 décembre 2012 à 14 h 00 min

    Vos arguments sont intéressants. Problème à mes yeux, vous apporter vos contres arguments que par rapport aux arguments porter par la gauche institutionnnalisé (qui reste avec une vision électoraliste des choses). Aussi vous utilisez et appuyez le faux arguments médiatiques qui associent zadistes et casseurs pour éloigner le débat ou peut-être simplement discrédité ces gens et leurs arguments juste sur un titre de manchette. C’est dommage. La question de la violence est bien plus large. Sa définition même est difficile à arréter. Je vous invite à essayer. Objectivement pas si facile vous verrez.

    Quoi qui’l en soit, une des rares choses dont vous semblez sûr, c’est que « seul la ville de nantes est survolée par des avions ». Peut-on connaître votre source qui prouve ? Ensuite, sur cet état de fait, peut-on savoir s’il est possible sur ce même aéroport d’avoir une autre orientation. Dans différents documents audiovisuels et lettres de pilotes de lignes, ceux-ci racontent que même venant de ville du sud et indépendement de l’orientation du vent, ils doivent passer par le centre de nantes. Pourquoi, si c’est si dangereux, ne pas simplement avoir changer cela depuis des années? En Belgique, on s’engeule sur le survol de Bruxelles ou de la Flandre. Cycliquement on réoriente le tout mais on reconstruit pas un nouvel aéroport pour autant.

    Après une autre vision un peu restrictive de votre article est qu’on dirait que vous associer l’intérêt public seulememnt au conséquence sonore. Selon moi et à mon avis beaucoup de monde, d’autres paramètres peuvent rentrer en compte. Les coûts environementaux, financiers,…
    D’ailleurs un contreargument simple pourrait être de considéré que l’aéroport qui fait du bruit étant présent depuis plus de 50 ans, les habitants qui se plaignent de le subir n’ont qu’à ou n’avait qu’à déménager. C’est en connaissance de cause qu’on habite maintenant près de cet aéroport. La lutte contre celui-ci devait se faire il y a 50 ans. aujourd’hui c’est trop tard pour nantes sud. Pas pour notre dame des landes.

    Enfin sur l’argument qu’une des politiques contre le nouvel aéroport est le maire de l’ancienne, un regard sur les membres fondateurs et la composition de l’association contre le survol de nantes vous donne des arguments aussi dans ce sens (ex: le trésorier qui travail pour une boite de com qui bosse pour Vinci… peut-être un homonyme encore). Mais je pense qu’il y a aussi de quoi creuser.

    Voilà de nouvelle piste. Merci à vous de continuer votre enquête, comme vous recherchez l’objectivité, ça m’intéresse mais j’ai pas le temps de chercher pour tout. Je suis ça de loin et trouve que la désinformation va dans tout les sens.

    Bref, restons chercheurs.

    Bonne continuation.

    Gaëtan Jarnot dit :
    6 décembre 2012 à 16 h 21 min

    Vos arguments sont intéressants. Problème à mes yeux, vous apporter vos contres arguments que par rapport aux arguments porter par la gauche institutionnnalisé (qui reste avec une vision électoraliste des choses).

    La gauche la plus présente dans les institutions reste le Parti Socialiste. Ici, j’ai plutôt tenter de relever les arguments de la gauche critique (PG) peu présente dans les institutions. Vision électoraliste ?… Si les élections ne suffisent pas à un régime démocratique, elles lui sont en revanche indispensables.

    Aussi vous utilisez et appuyez le faux arguments médiatiques qui associent zadistes et casseurs pour éloigner le débat ou peut-être simplement discrédité ces gens et leurs arguments juste sur un titre de manchette.

    Je ne pense pas avoir associé zadistes et casseurs, mais je peux être plus clair: tous les zadistes ne sont pas des casseurs mais 1. ils doivent se désolidariser de leur porte-parole Feu aux societes collabos attaque incendiaire 2. il y a bien des casseurs parmi les zadistes.
    Ensuite j’assume mon jugement. Ce groupe est le pur produit d’une société néo-libérale qui n’arrive à avoir de vision du vivre-ensemble que dans le communautarisme.

    La question de la violence est bien plus large. Sa définition même est difficile à arréter. Je vous invite à essayer. Objectivement pas si facile vous verrez.

    Vous faites référence à l’opposition violence psychologique/physique ? Je ne suis pas certain que cette situation en soit le meilleur exemple. Les vidéos que j’ai pu voir ont réussi l’exploit de me rendre les CRS sympathiques…

    Quoi qui’l en soit, une des rares choses dont vous semblez sûr, c’est que « seul la ville de nantes est survolée par des avions ». Peut-on connaître votre source qui prouve ?

    Non, j’ai précisé » la seule ville française dont on survole le centre lors de la phase finale d’atterrissage »
    Survol du centre de Nantes
    Seule Toulouse pourrait être comparée à Nantes, mais j’ai lu que les avions ne survolaient pas le centre.

    Dans différents documents audiovisuels et lettres de pilotes de lignes, ceux-ci racontent que même venant de ville du sud et indépendement de l’orientation du vent, ils doivent passer par le centre de nantes. Pourquoi, si c’est si dangereux, ne pas simplement avoir changer cela depuis des années? En Belgique, on s’engeule sur le survol de Bruxelles ou de la Flandre. Cycliquement on réoriente le tout mais on reconstruit pas un nouvel aéroport pour autant.

    Je n’ai jamais prétendu vouloir être exhaustif sur le sujet, ce n’est pas mon rôle.
    J’ai déjà entendu ou lu ces rumeurs en effet. J’ai déjà également entendu que les pilotes qui sont actionnaires des lignes régionales ne voulaient pas voir arriver davantage de concurrence, ou que comme Roissy à sa construction, certains pilotes ne voulaient pas faire 1/2h de voiture en plus pour aller au travail.
    Rumeurs contre rumeurs, on n’avance pas.
    Réorienter la piste : déplacer des milliers de logements, beaucoup plus qu’à NDDL et les coûts seraient supérieurs à la construction du nouvel aéroport.

    d’autres paramètres peuvent rentrer en compte. Les coûts environementaux, financiers,…

    Coût environnemental : Il faudrait s’intéresser au lac de Grandlieu. Mais avant tout à l’étalement urbain, principale cause d’imperméabilisation des sols (très loin devant l’aéroport) et de pollutions (transports, CO2, …)
    Coût financier : Je vous laisse vous reporter aux débats contradictoires de l’enquête d’intérêt public. Je ne suis pas aller y fouiller en détail, ce n’était pas le thème de l’article.

    D’ailleurs un contreargument simple pourrait être de considéré que l’aéroport qui fait du bruit étant présent depuis plus de 50 ans, les habitants qui se plaignent de le subir n’ont qu’à ou n’avait qu’à déménager. C’est en connaissance de cause qu’on habite maintenant près de cet aéroport. La lutte contre celui-ci devait se faire il y a 50 ans. aujourd’hui c’est trop tard pour nantes sud. Pas pour notre dame des landes.

    Il y a 50 ans, les quelques avions qui arrivaient à Château-Bougon (ancien nom de l’aéroport) étaient des avions à hélice ! Autre époque, autres mœurs où prendre l’avion était en soi exceptionnel, le trafic était loin d’avoir atteint les 3,5M de passagers/an.
    Ensuite cela fait 20 ans qu’on dit aux nantais que l’aéroport sera déménagé. Contrairement aux habitants de NNDL dont les terres ont commencé à être achetées depuis 1974. Il y a une part de naïveté à prendre une production agricole sur ces terrains, non ?

    Mais je pense qu’il y a aussi de quoi creuser.

    Absolument, et ce serait aux journalistes de faire ce travail. Quand je vois Hervé Kempf sortir des infos qu’il voudrait faire passer pour des scoops alors qu’elles sont répétées (et contestées) en boucle depuis plus de 10 ans par les anti-NDDL, je me dis que Paris est parfois bien loin.
    Mais si vous enquêtez plus avant, n’hésitez pas à venir faire un retour sur vos recherches.

    Jeff__ dit :
    6 décembre 2012 à 23 h 38 min

    Je pense que dans ce projet il faut sortir de l’écologie et parler économie. La France est sur-équipée en aéroports. Et sur ce projet, qui devrait être un vrai projet d’aménagement du territoire, il manque des points fondamentaux:
    – Aucune connexion TGV et Tram-Train vers le centre de Nantes, voir de Rennes à court terme
    – Aucune fermeture d’aéroport annoncée, à commencer par l’actuel aéroport de Nantes qui devra rester ouvert pour Airbus, Rennes annonce même la poursuite du développement de son aéroport (article dans le journal 20minutes cette semaine), Angers rien de prévu
    – Désengorger Paris? Quand on voit ce qui se passe à Reims Vatry on peut avoir des doutes, le TGV va mettre l’Ouest et Rennes à moins de 2 heures de la capitale, centralisme parisien et on peut le regretter mais vrai concurrence, de plus les aéroports parisiens sont gérés par une société côtée, fini l’aménagement du territoire, on parle de clients à Paris.

    Gaëtan Jarnot dit :
    7 décembre 2012 à 0 h 48 min

    Aucune connexion TGV et Tram-Train vers le centre de Nantes, voir de Rennes à court terme

    Vous avez bien fait de préciser à court terme, à long terme c’est faux.

    – Aucune fermeture d’aéroport annoncée, à commencer par l’actuel aéroport de Nantes qui devra rester ouvert pour Airbus, Rennes annonce même la poursuite du développement de son aéroport (article dans le journal 20minutes cette semaine), Angers rien de prévu

    Est-ce que ça concerne encore vraiment l’aménagement du territoire ?

    Désengorger Paris? Quand on voit ce qui se passe à Reims Vatry on peut avoir des doutes, le TGV va mettre l’Ouest et Rennes à moins de 2 heures de la capitale, centralisme parisien et on peut le regretter mais vrai concurrence, de plus les aéroports parisiens sont gérés par une société côtée, fini l’aménagement du territoire, on parle de clients à Paris.

    Nantes est déjà à 2H de Paris depuis longtemps, ce qui n’empêche pas le trafic de Nantes-Atlantique d’augmenter plus que les autres.
    Vous êtes pour une « vraie concurrence » (libre et non faussée aurait été de bon aloi pour finir le refrain libéral), mais regrettez qu’une société cotée gère un aéroport ?

    Jeff__ dit :
    7 décembre 2012 à 9 h 14 min

    – Connexion TGV pas avant 2030/2035, idem pour le Tram-Train rien de prévu à l’ouverture alors que la DUP est faite avec le Tram-Train (sa remet en cause la rentabilité de l’aéroport)
    – Concurrence avec Paris: J’ai rien contre le fait que les aéroports parisiens soit gérés par une société côtée mais leur but aujourd’hui c’est de garder des clients, pas de lacher des compagnies pour remplir d’avantage Nantes ou faire de l’aménagement du territoire (échec de Reims Vatry)
    – Aéroports locaux qui ne ferment pas: Concurrence entre les territoires à grand coup de subvention pour faire venir les Low Costs, pas d’économie d’échelle.
    – La France est largement sur-équipée en aéroports par rapport à l’Allemagne ou au Royaume Uni, il est temps d’optimiser l’existant vu les déficits publics

    Jeff__ dit :
    7 décembre 2012 à 10 h 15 min

    Concernant la ‘vraie’ concurrence je vous invite à faire un article sur les aéroports français. Combien d’aéroports rentables sans subventiosn publiques? Je ne devrais même pas dire rentable mais juste à l’équilibre… Il est temps d’ouvrir le débat sur la rentabilité des infrastructures en France. Je soutiendrais cet aéroport du Grand Ouest si c’était un vrai projet d’aménagement du territoire: Fermetures des aéroports de Nantes, Rennes et Angers, liaison rail depuis la Bretagne, transfert de quelques Hub actuellement à Paris, vrai liaison tram-train entre Nantes centre et Rennes centre… Deux articles fort interressant :
    http://www.20minutes.fr/article/1054931/thierry-ligonniere-laeroport-rennes-va-developper
    http://www.bastamag.net/article2770.html

    Gaëtan Jarnot dit :
    7 décembre 2012 à 12 h 17 min

    Je ne fuis pas le débat, mais je ne vais rentrer sur ce terrain. Les services publics ont-ils à être rentables ? La Sécu est-elle rentable ? L’éducation nationale est-elle rentable ? La petite ligne de chemin de fer qui vient désenclaver un village de campagne a-t-elle à être rentable ? Je regrette seulement qu’on privatise les structures les plus lucratives (autoroutes, aéroports) pendant qu’on nationalise les pertes. Vinci va ainsi bénéficier d’une concession de 55 ans de l’AGO sur une structure qui promet d’être largement rentable.

    Jeff__ dit :
    7 décembre 2012 à 12 h 28 min

    D’accord avec vous, mais ne confondons pas service public comme la sécu et aéroports contruis en sur-nombre. Il est tout de même bien plus urgent de mettre de l’argent dans les réseaux TER un peu partout en France et modernisé les lignes RER qui servent à des milliers de prolos tous les jours. La privatisation des autoroutes est un scandale, et faire un PPP de plus de 50 ans pour cet aéroport avec zéro risque pour Vinci est lamentable. Si cet aéroport est super pourquoi la collectivité met de l’argent? Vinci doit le financer à 100%!
    Gaëtan Jarnot dit :
    7 décembre 2012 à 14 h 13 min

    Construits en surnombre

    Discutable. La comparaison est toujours faite par rapport au Royaume-Uni. Voulons-nous vraiment ressembler au R-U en matière de transports ?
    De plus décompter les aéroports qui accueillent seulement les avions taxi n’est pas forcément pertinent.

    La privatisation des autoroutes est un scandale

    Entièrement d’accord
    Jeff__ dit :
    7 décembre 2012 à 16 h 40 min

    http://www.bastamag.net/article2770.html
    http://www.lunion.presse.fr/actu/vatry-cherche-des-partenaires

    Je ne suis pas pour le modèle britannique. Mais niveau aéroport la France est super bien équipé actuellement. Penchez vous du côté de Pau, Tarbes, Brive ou un super aéroport devait faire venir des usines, Metz-Nancy, Reims Vatry, Angers (peut être le pire scandale), Tours… Bref la liste est longue… Je pense que la solution, si Nantes est réellement saturé, c’est une liaison ferroviaire digne de ce nom entre Rennes, Angers et Nantes et répartir les avions sur ces aéroports.
    Gaëtan Jarnot dit :
    7 décembre 2012 à 17 h 05 min

    Nantes-Rennes 1h14 en TER et Nantes-Angers 0h36 en TGV
    Oui, les aéroports que vous signalez connaissent parfois des baisses de trafic mais Nantes et l’Ouest continuent d’accueillir de nouvelles populations et de voir augmenter le nombre de passagers
    http://fr.wikipedia.org/wiki/A%C3%A9roport_Nantes_Atlantique#.C3.89volution_du_trafic
    Mais j’entends votre argument de décentralisation de la région. Mais les compagnies aériennes privées ont, elles, intérêt à mutualiser leurs services sur une infrastructure. Raison pour laquelle de nombreux bretons viennent trouver à Nantes destinations dont ils ne disposent pas à Rennes.
    Laura dit :
    7 décembre 2012 à 1 h 22 min

    « Soit, pourquoi accepte-t-on dans ce cas de faire courir un risque à Nantes, la seule ville française dont on survole le centre lors de la phase finale d’atterrissage ? »

    Je vous renvois à l’avis des pilotes :

    [Les militants s’appuient désormais sur l’expertise technique de spécialistes de l’aéronautique. Thierry Masson est pilote de ligne chez Air France. Piqué au vif un jour de 2007 où il entend dire que le survol de Nantes est ‘dangereux’, il s’engage :

    ‘Certes, pour atterrir, il faut survoler la ville. Si on veut interdire les survols, il faudra fermer Toulouse, Marseille, Paris…’

    Avec quelque 200 collègues, il se met à fournir des arguments aux opposants ‘dans l’ombre, hors de toute association, en raison des pressions que l’on subit de toutes parts’. Littérature de l’aviation civile en main, il démontre techniquement l’inutilité d’un nouvel aéroport à Nantes :

    ‘L’approche : ni relief ni météo particulièrement sensibles à Nantes-Atlantique ;
    La capacité de la piste : l’actuelle (2 900 m + 100 m roulables et un taxiway parallèle) permet d’absorber 35 avions par heure, alors qu’il n’y en a que 10 à 12 actuellement ;
    La capacité du terminal peut aller jusqu’à 4,1 millions de passagers, il y en a pour l’instant 3,2 millions par an ;
    Les parkings : il y a un manque à Nantes-Atlantique, mais pourquoi ne pas en construire en étages comme ça se fait partout ailleurs ?
    Les servitudes, c’est-à-dire le réseau reliant à l’aéroport : il y a justement des voies de chemin de fer s’arrêtant à 150 mètres de Nantes-Atlantique, et le tram a son terminus à 1 km, pourquoi ne pas le prolonger ?’ ]

    Source : http://www.rue89.com/rue89-planete/2012/02/18/laeroport-de-notre-dame-des-landes-projet-inutile-ou-megalo-229275

    Gaëtan Jarnot dit :
    7 décembre 2012 à 1 h 48 min

    ‘Certes, pour atterrir, il faut survoler la ville. Si on veut interdire les survols, il faudra fermer Toulouse, Marseille, Paris…’

    Dans aucune de ces villes on ne survole la ville en phase d’atterrissage (phase la plus accidentogène). Étrange si c’est l’affirmation d’un pilote…

    Les servitudes, c’est-à-dire le réseau reliant à l’aéroport : il y a justement des voies de chemin de fer s’arrêtant à 150 mètres de Nantes-Atlantique, et le tram a son terminus à 1 km, pourquoi ne pas le prolonger ?

    J’en conclus que vous n’êtes jamais venue à Bouguenais…

    Après ce n’est pas à moi de répondre à un copier-coller à charge de Rue89 qui commence par C’est l’histoire d’une ville de province qui se prenait pour une capitale et qui se poursuit par vus de Paris. Si elle avait fait son boulot elle aurait cherché à rencontrer la partie adverse, mais bon, le tourisme en province, ça va bien 2 heures, après…

    Laura dit :
    7 décembre 2012 à 10 h 55 min

    j’ai mis rue89 en source mais le copier coller est bien la citation d’un pilote, mais bon soit, aucun intérêt à y répondre, c’est plus simple comme ça.
    Et non je ne vais jamais a Bouguenais, parce que je ne prend jamais l’avion, et que si je dois aller à Paris je prend le train où je fais du covoiturage, car comme beaucoup de français je n’ai absolument pas les moyens de me déplacer en avion, c’est pour ça que la pertinence de ce projet m’échappe, je ne vois vraiment pas à qui il s’adresse, quand on voit la pauvreté en France aujourd’hui je ne pense pas que construire des aéroports pour « attirer des entreprises, des chercheurs, des créateurs, des touristes sur nos territoires ligériens et bretons » (http://www.ouialaeroportdugrandouest.fr/) soit une priorité, et franchement vous pensez vraiment que ces entreprises, chercheurs et créateurs attendent patiemment aux portes de notre région que nous construisions cet aéroport et après seulement il daigneront s’installer sur notre territoire.

    Bon et apparemment je n’aurai pas du citer ma source car vous avez l’air plus enclin à discuter de cet article et de l’impartialité de Rue89, du coup voila un article de ouest france (oui encore un un média de gauchiste anti capitaliste, ah non mince…) avec encore une fois un pilote qui vous donne son point de vue sur ces notions de sécurité
    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Nouvel-aeroport-nantais.-L-argument-securite-est-un-gros-mensonge-dit-un-pilote_39382-2036547_actu.Htm

    Gaëtan Jarnot dit :
    7 décembre 2012 à 13 h 17 min

    Bonjour,

    Vous faites bien de citer vos sources, je ne vous le reprochais pas. Je reprochais le caractère « ethnocentré » de l’article -la province vue de Paris-. Son côté partisan, lui, ne me choque pas plus que ça. Mais qu’elle n’ait pas rencontré la partie adverse lors de son court déplacement, c’est ce qui me semble une faute journalistique. Je comprends qu’un essai soit à charge, un article de presse, un peu moins (bien que ce soit la presse que je lise le plus, paradoxe!).
    Je ne dénie pas les compétences du pilote, bien que son argumentation me paraisse faible : « il y a toujours plus dangereux ». Oui le risque d’accident de voiture est plus grand que celui d’un accident d’avion, de centrale nucléaire, ou de mort après ingestion d’OGM. Et après ?… On pourrait discuter de la culture du risque zéro, mais les nantais n’ont pas à être davantage exposés parce que ça ne dérange pas ce pilote de survoler Nantes.
    Mon article est là pour mettre en question des discours qui apparaissent porteurs de l’idée de bien commun. Je ne vais pas creuser par manque de temps, mais ces pilotes ont déjà vu arriver d’un mauvais œil des compagnies à bas coût à Nantes. Un plus grand aéroport, c’est encore plus de concurrence pour des pilotes qui sont parfois actionnaires dans leur compagnie.
    Sans compter que toutes ces considérations ont déjà été entendues pour la déclaration d’utilité publique. Et redemander un débat dont on n’approuve pas les conclusions me paraît peu loyal. Mais vous avez déjà dû entendre cet argument !
    Quant aux trajets Nantes-Paris, ils continueront à se faire majoritairement par le rail (sans doute encore davantage puisqu’on éloigne l’aéroport du centre-ville).
    Enfin, oui la pauvreté est grande mais la France n’a jamais été aussi riche. Alors partageons aussi pour mieux découvrir le monde.

    Merci pour votre contribution.

    Léo dit :
    8 décembre 2012 à 16 h 50 min

    Bonjour,

    Beaucoup de chose à redire sur certaines des affirmations de cet article. Je voudrais seulement revenir sur l’idée de l’intérêt général ou du bien commun. Vous abordez ce concept d’un point de vue comptable en tenant compte seulement d’indicateur de quantité par la comparaison des personnes touchées par l’ancien ou le nouveau projet. D’une part, sur ce plan nous pourrions multiplier les comparaisons sur d’autres échelles et d’autre part, l’idée qu’une partie de la population – qui bénéficient des infrastructures – le fassent au détriment d’une autre partie me laisse perplexe. Notre monde n’est il pas organisé de cette façon ? La France peut se vanter de profiter d’une énergie « propre » comme le nucléaire sans faire subir à sa population les risques d’exploitation du minerai. Le poids des villageois qui vivent au quotidien les impacts de cette industrie est bien faible par rapport à celui des 60 millions de français. Nous sommes devenu des sociétés qui refusent d’assumer ses choix et qui les font porter sur d’autres populations ou encore les générations futures. Quid du bien commun pour les générations futures ? Comment demander leur avis ? Si les nantais veulent un aéroport international, ils doivent vivre avec ce risque industriel. La régions nantaise se vante d’une progression de sa démographie de 900 000 personnes dans les années à venir. Mais qui nourrira cette population si nous détruisons les terres nourricières locales?

    L’idée comptable est très pratique pour les économistes, par contre il y est impossible d’inclure des valeurs non quantifiables comme la valeur esthétique, biologique, tec. d’un bocage ou d’un paysage. L’intérêt général ne se limite pas à une vision anthropocentrée et les êtres humains ont aussi des besoins non marchands.

    Merci
    Léo

    Gaëtan Jarnot dit :
    9 décembre 2012 à 0 h 01 min

    Si les nantais veulent un aéroport international, ils doivent vivre avec ce risque industriel

    On vit avec un risque naturel (volcans, tremblements de terre, …), mais le risque industriel, on a toujours le choix de le déplacer.

    La régions nantaise se vante d’une progression de sa démographie de 900 000 personnes dans les années à venir. Mais qui nourrira cette population si nous détruisons les terres nourricières locales?

    Il y a encore quantité de terres en friche à l’intérieur même du périphérique (sous lignes haute-tension, zones inondables, …) et dans tout le département. Les 30 agriculteurs qui ont été expropriés ont trouvé d’autres terres à travailler sans trop de difficultés je crois.

    L’intérêt général ne se limite pas à une vision anthropocentrée

    Je cite : « Une morale non anthropocentrée conduit inévitablement à nier le fondement de toute morale, à savoir la règle d’or selon laquelle il ne faut pas faire à autrui ce que nous ne voudrions pas qu’il nous fît »
    « Si le principe suprême est l’égalité de toutes les espèces, à l’existence, nous devons supprimer l’immense majorité des hommes sur terre, dont le surnombre occasionne la disparition accélérée d’un grand nombre d’espèces »
    Université de tous les savoirs – Tome 6, Qu’est-ce que la culture ?

    les êtres humains ont aussi des besoins non marchands.

    Oui, et les bonheurs du voyage en font partie.

    Je vous remercie

    Léo dit :
    9 décembre 2012 à 2 h 24 min

    Merci des commentaires mais vous ne répondez pas à la difficulté de mise en pratique de l’intérêt général dans ce dossier complexe. Le problème étant l’articulation des échelles. Favoriser et miser l’intérêt régional – d’une manière ou d’une autre – sur la croissance des émissions de GES est contraire à l’intérêt général de l’humanité ou alors pourquoi poursuivre le financement des grandes rencontres internationales à ce sujet. Sur ce plan je préfère cette devise : » penser globalement, agir localement »

    Ensuite, permettez-moi de ne pas être d’accord avec votre dernière citation dans laquelle j’y peux lire un certain renoncement et fatalisme face aux changements sociaux. Il semble plus facile de penser la fin du monde que la fin du productivisme (son corollaire le consumérisme) qui soit capitaliste ou socialiste.

    Enfin, pour l’industrie de l’aviation mais aussi valide à d’autres mode de déplacement, le voyage importe peu, c’est la destination qui compte. Au contraire, le chemin est plus important et voyager signifie modifier son trajet et ses arrêts au gré de son humeur

    Cordialement
    Léo

    Gaëtan Jarnot dit :
    9 décembre 2012 à 14 h 34 min

    Ma définition de l’intérêt général : Intérêt du plus grand nombre sur le long terme. (peut-être trop courte à votre goût ?)
    Ce n’est pas à moi de faire de la publicité pour Vinci, mais le nouvel aéroport est HQE, il consomme 3 fois moins que l’actuel.
    Je me répète mais le déménagement de l’aéroport permet d’éviter l’étalement urbain qui est la cause première des émissions à cause des trajets quotidiens domicile-travail.
    Et je pense que les compagnies aériennes font trop la promotion du confort de leurs voyages pour laisser penser que le déplacement importe peu pour elles.
    Et, oui, l’avion évite hélas de se perdre. Dans un monde idéal chacun de nous aurait le choix de prendre le temps caboter le long des côtes nord-américaines pour nous rendre à New-York, mais en attendant nous nous y rendons en avion.

    Léo dit :
    9 décembre 2012 à 16 h 05 min

    Il est évident que nous partageons pas les mêmes craintes concernant les effets à court terme de la raréfaction du pétrole et de l’impact des changements climatiques.

    Mais êtes-vous sérieux lorsque vous avancez que la nouvelle plate-forme aéroportuaire va permettre de lutter contre l’étalement urbain. Je trouve cet argument complétement fumeux. Premièrement il semble que nous dirigeons vers deux aéroports (Air-bus voulant conserver ses activités). Même sans cela la connexion entre Nantes et NDDL se fera par voiture (un parking de 7000 place est prévu dans les plans ; merci pour la réduction des émissions) et sera accompagnée par de nombreux services nécessaires grignotant encore davantage la campagne. La lutte contre l’étalement urbain passent par une politique de logement. Je n’idéalise pas la campagne, le seule chose dont je suis certain c’est que nous pouvons nous passer d’aéroport mais pas de légumes, ni de biodiversité.

    Cordialement
    Gaëtan Jarnot dit :
    9 décembre 2012 à 16 h 30 min

    Mais êtes-vous sérieux lorsque vous avancez que la nouvelle plate-forme aéroportuaire va permettre de lutter contre l’étalement urbain

    Oui, tout à fait sérieux

    Même sans cela la connexion entre Nantes et NDDL se fera par voiture (un parking de 7000 place est prévu dans les plans ; merci pour la réduction des émissions)

    C’est déjà le cas sur l’actuel aéroport, tous les passagers arrivent en voiture.
    Le nouvel aéroport n’est pas raccordé au réseau ferroviaire à son ouverture, certes, mais cette liaison est prévue.

    La lutte contre l’étalement urbain passent par une politique de logement

    Entièrement d’accord

    Je n’idéalise pas la campagne, le seule chose dont je suis certain c’est que nous pouvons nous passer d’aéroport mais pas de légumes, ni de biodiversité.

    Il y a 45.000 hectares de terrain en friche dans les 24 communes autour de Nantes qui pourraient être recultivées dans le cadre d’une agriculture de proximité.
    François G dit :
    9 décembre 2012 à 19 h 14 min

    Bonsoir Gaëtan.

    Se faire l’avocat du diable est quelque chose de tentant, je l’avoue, mais dans ce billet je trouve que vous adoptez les même arguments que les défenseurs de ce projet, sans employer le même esprit critique que celui que vous déployez pour ce qui concerne ceux des opposants. On est donc loin d’une certaine neutralité ou objectivité.

    Je n’ai pas l’ambition de répondre à tout ce qui est dit dans ce billet, mais je voudrais argumenter sur quelques détails.

    Tout d’abord, même s’il existe des opposants purement « pavloviens » à ce projet, ainsi que personnes intéressées par sa non-construction, il y a aussi des gens qui ont des arguments dénués de toute mauvaise foi ou connotation politique. Oui, certaines personnes s’intéressent aux oiseaux, aux zones humides où à la flore des pelouses alpines, avant même qu’on viennent y déposer du bitume et que les politiques s’en mêlent. Souvent, ils n’habitent même pas très loin et viennent parfois en vélo et non avec leur gros 4×4 émetteur de CO2.

    Cela étant, rentrons dans les détails :

    – Comme vous l’avez souligné, l’étalement urbain est un grand problème environnemental, mais la construction de ce nouvel aéroport ne pourra que contribuer à l’aggraver. Par ailleurs, l’ancien ne sera pas converti en logements que je sache. Pour lutter contre cet étalement, la seule solution est de reconstruire les villes dans leur emprise actuelle et de repenser le modèle pavillonnaire.

    – Pour ce qui concerne les atterrissages au dessus de la ville, je vous invite à venir du coté de Marseille-Provence, voir comment les avions manœuvrent en fonction du vent et de la météo. Il n’est pas rare qu’ils passent à moins de 100 m des toits des communes environnantes.

    – Quand au conflit d’intérêt qui touche cette affaire, avec l’ancien préfet M. Hagelsteen, permettez moi de ne pas pensez comme vous. Il n’est tout simplement pas admissible qu’un haut fonctionnaire traite avec une entreprise privé pour la signature d’un partenariat public-privé, puis aille ensuite travailler chez elle. Le fait que cela se fasse aussi ailleurs n’atténue en rien la gravité de la chose.

    Sur ceux je vous souhaite une bonne soirée.
    Cordialement.

    Gaëtan Jarnot dit :
    10 décembre 2012 à 15 h 26 min

    Bonjour,

    Souvent, ils n’habitent même pas très loin et viennent parfois en vélo et non avec leur gros 4×4 émetteur de CO2.

    Il y évidemment des gens qui se manifestent de bonne foi pour préserver leur cadre de vie. Mais les mêmes n’hésitent pas à venir de tout le grand ouest prendre l’avion à Bouguenais sans se soucier du cadre de vie de ses habitants. C’est ce qu’on appelle le Not In My BackYard NIMBY.

    – Comme vous l’avez souligné, l’étalement urbain est un grand problème environnemental, mais la construction de ce nouvel aéroport ne pourra que contribuer à l’aggraver. Par ailleurs, l’ancien ne sera pas converti en logements que je sache. Pour lutter contre cet étalement, la seule solution est de reconstruire les villes dans leur emprise actuelle et de repenser le modèle pavillonnaire.

    On met un aéroport loin de la ville, en quoi est-ce que cela pourrait contribuer à l’étalement urbain ? Les zones d’habitation se sont-elles multipliées autour de Roissy ou d’Orly ? Non, c’est au nord et à l’ouest du département que les constructions se sont le plus développées. En dehors du fait que la libération de la zone aéroportuaire permettra à moyen terme un rééquilibrage nord/sud à Nantes. Pour l’instant les habitants du sud ont droit aux nuisances aéroportuaires avant d’aller et venir matin et soir sur un périphérique encombré.(rééquilibrage nord/sud)

    – Pour ce qui concerne les atterrissages au dessus de la ville, je vous invite à venir du coté de Marseille-Provence, voir comment les avions manœuvrent en fonction du vent et de la météo. Il n’est pas rare qu’ils passent à moins de 100 m des toits des communes environnantes.

    Même si ces survols paraissent étonnants, je suis prêt à vous croire. Mais le « y’a toujours pire » ne me tient pas lieu de philosophie.

    Il n’est tout simplement pas admissible qu’un haut fonctionnaire traite avec une entreprise privé pour la signature d’un partenariat public-privé, puis aille ensuite travailler chez elle. Le fait que cela se fasse aussi ailleurs n’atténue en rien la gravité de la chose.

    Je ne pense pas avoir affirmé le contraire, entièrement d’accord, même si dans le cas présent il s’agissait non de la signature, mais de l’appel à la concurrence (4 sociétés se sont présentées dont Vinci et Bouygues pour les plus connues).

    Pour aller plus loin, vous admettrez que les zadistes ne sont pas les meilleurs défenseurs de la nature. Ils ont un combat qui est le leur, la nature en fait accessoirement partie. Vouloir réinventer la roue en plantant un potager auto-géré, voilà qui manque singulièrement d’ambition écologique. Ils gagneraient à potasser un peu les documents relatifs à la préservation des espèces de l’enquête publique. Mais leur combat contre l’aéroport et son monde recouvre peut-être aussi la lecture ?…

    Je vous remercie pour votre contribution

    Léo dit :
    10 décembre 2012 à 17 h 38 min

    Avancer des arguments écologiques pour défendre ce projet est soit de la mauvaise foi ou soit une malhonnêteté. Le développement du secteur de l’aviation est anti-écologique même si on doit le reconnaitre il n’est pas le seul responsable de la dégradation écologique planétaire. Il est vrai que les multinationales ont aujourd’hui rendu soluble le discours écologique pour faire passer leur intérêt personnel.
    Je ne nie pas les problèmes des Nantais concernant la pollution sonore affectant leur qualité de vie mais penser que cet aéroport résoudra tout leur problème est un pas que je ne ferais pas. D’autant plus, le périphérique Nantais, les passages des trains et tramways empoisonnent également les oreilles de nombreux habitants et peu de choses sont faites par les élu. Peut-être que les populations concernées ne sont pas économiquement intéressantes ? Si on suit votre logique peut-être devrions-nous également déplacer ces infrastructures dans des zones moins densément peuplés ou alors est-ce le prix à payer pour une métropole qui veut être moderne ?

    Vous mettez de l’avant le manque de culture des Zadistes mais je vous invite à prendre connaissance des conclusions du GIEC. En tant que pays développé et nous avons une responsabilité historique en terme d’émission de GES. Nous devrions donc être très prudent sur des projets qui vont structurer des territoires pendant des décennies sans quoi rendra la lutte aux changements climatiques – qui mettent des territoires et populations en périls – plus difficile. L’enjeu est planétaire et il est temps d’en prendre la pleine mesure à moins que vous doutiez de la réalité des changements climatiques ?
    Nous sommes dans le confort et l’indifférence.

    Pourquoi vouloir réinventer la roue alors que les alternatives existent et ont seulement besoin d’être essaimer. Changer pour changer et faire la même chose participe de l’emprise publicitaire. Ce qui existe auparavant devient rapidement désuet, il vous faut la dernière innovation. J’ai une autre conception du temps individuel et social. Des projets d’agricultures biologiques et locaux sont peut-être anti-modernes et insuffisamment stimulants sur le plan scientifiques (l’avenir est aux OGM cultivés dans des contrées éloignées) mais ils font partis de la transition énergétique.

    Finalement je suis d’accord avec vous qu’il se joue quelque chose de plus important que la simple lutte à une nouvelle infrastructure. NDDL est la rencontre explosive entre des visions du mondes antagonistes. C’est avant tout un discours de rupture avec tout les discours des politi-développeurs qui eux manquent d’ambition philosophiques et de courage politique et imaginent plus facilement la fin du monde que les limites du développement.

    Malheureusement l’urgence la situation écologique n’est plus aux dissertations philosophiques et demande des actes de courages et de résistances malgré le déficit démocratique institutionnel de la part des opposants. On se souviendra que le droit de vote accordé aux femmes s’est gagné dans la rue à coup de vitres cassées. Face à l’inventaire des catastrophes présentes ou à venir qui ne cesse de s’allonger, nous avons besoin d’expérimenter un autre rapport à la nature et à notre humanité et c’est le message que donne les opposant. Il est évident que ce message se connecte mal avec l’imaginaire du développement à tout prix, imaginaire dans lequel nous avons été pédagogiquement habitué.

    Merci de vos échanges
    Léo

    Gaëtan Jarnot dit :
    11 décembre 2012 à 14 h 29 min

    À vous lire je pense que nous sommes d’accord sur le fait que La maison brûle et nous nous étripons pour savoir si les blancs en neige doivent être battus à la main ou au batteur électrique, pour paraphraser Chirac.
    Je connais les conclusions du GIEC, je sais également que l’Europe est devenue vertueuse (proportionnellement aux autres continents). La France a diminué de 7% ses émissions entre 90 et 2010, insuffisant certes mais les engagements pour les années à venir sont plus ambitieux. À côté les vrais pollueurs de la planète ont quitté le protocole de Kyoto, bloqué toute discussion à Doha et continuent de faire comme si le reste du monde n’existait pas. Si tous ceux qui se mobilisent pour Nddl voulaient bien se mobiliser pour la planète, ils iraient voir de ce côté, mais les blancs en neige semblent les passionner.

    Léo dit :
    11 décembre 2012 à 15 h 32 min

    Premièrement connaissez-vous suffisamment les opposants à NDDL pour affirmer qu’ils ne se mobilisent pas pour la planète ? Pour rappel, un action camp climat c’est tenu à NDDL en 2009 afin d’articuler lutte locale et enjeux globaux.

    Deuxièmement, je n’achète pas aussi l’idée aussi simple à savoir que l’Europe soit devenue tout à coup vertueuse. Faire mieux que les autres n’étant ni un objectif ni une finalité :

    Un recul de 7% comme vous l’affirmez est nettement insuffisant et pas du tout glorifiant. On parle d’une nécessaire réduction de l’ordre de 70% pour les décennies à venir. Et faire le pari de l’aviation devrait anéantir les efforts qui seront demandés à toutes et tous.

    De plus, l’avance de l’Europe et de la France en terme d’émissions de GES est toute relative

    1. Les pays qui ont un passé historiquement industriel ont un poids plus important dans l’accumulation des GES dans l’atmosphère et pas seulement en terme d’émission annuelle.

    2. Les calculs des émissions de GES tiennent rarement compte des émissions de CO2 lié aux importations et confirmeraient bien le poids des délocalisations dans nos rejets des GES.

    3. Il n’y a pas que le gaz carbonique qui pèse dans la hausse des émissions de gaz à effet de serre et d’autres molécules participent au phénomène. En tenant compte des mécanismes physiques et des particules en jeux, certains affirment même que l’impact du transport aérien sur l’effet de serre est sans doute 2 à 4 fois plus élevé.

    Pour finir et pour faire dans la métaphore culinaire, le problème n’est pas de savoir comment faire des blancs en neige mais de savoir si ceux-ci sont digestes. Mon nez me dit le contraire

    Bien à vous
    Léo

    PS. N’avez-vous aucun doute en ce qui concerne le contrat avec Vinci. Le peu que j’ai pu lire fait porter le risque en cas d’échec sur les collectivités et l’État. Alors que les élus pro NDDL affirment sur toutes les tribunes que ce projet sera assurément rentable alors pourquoi ne pas en être collectivement propriétaire?
    François G dit :
    10 décembre 2012 à 19 h 51 min

    Merci pour votre réponse.

    Non, les ZADistes ne sont effectivement pas les meilleurs défenseurs de la Nature et leur combat est politique, c’est une incarnation de divers courants altermondialistes, anticapitalistes, anarchistes… Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas raison sur certains points

    Les mesures compensatoires sur ce projet seront juste une façade pour se parer d’un peu de vertu. Leur application se fera à minima, en partie sur des opportunités. Le contrôle à posteriori sera quasi inexistant. Quand aux zones humides détruites, elles ne seront pas compensées au niveau d’exigence du SDAGE du coin. Mais pour être honnête, c’est le cas dans tous les projets d’aménagements en France. Nous appliquons les directives européennes et nos propres lois en trainant des pieds et avec la crise économique en cours, ce n’est pas prêt de changer…

    Et ce n’est pas la future « agence de la biodiversité » qui pourra faire évoluer tout cela d’un iota. Comme le disait un ex-président connu, « l’environnement, ça commence à bien faire ».

    Gaëtan Jarnot dit :
    11 décembre 2012 à 14 h 35 min

    Oui, je souhaite seulement que pour beaucoup d’activistes, ce soit une occasion de mettre le pied à l’étrier de la politique, et qu’ils développent par la suite une vraie culture à force de lectures et de confrontations d’idées.
    Quant au niveau d’exigence du SDAGE, je vous avouerai que je n’ai pas d’avis sur ce sujet, faute d’informations suffisantes.

    Léo dit :
    11 décembre 2012 à 16 h 11 min

    Ils ont lu et sont préparés politiquement. Je semble décerner un peu de condescendance de votre part. Et je vous invite à aller les rencontrer autrement que par le truchement médiatique. Peut-être découvriez-vous une autre culture politique oubliée de nos livres d’histoires. Celles de la lutte et de la résistance. La politique ne se fait pas seulement dans les salons feutrés. Je vous rappelle que malgré la machine médiatique les français ont rejeté par référendum le projet de constitution européenne avant de le faire passer au parlement. Tout cela nourrit le cynisme et affaiblit dans les consciences la souveraineté de la population face aux instances décisionnelles. On pourrait être surpris de la distance entre la population et les élus sur ce projet.

    Quelques exemples de minorité active qui ont déclenchées des changement profonds dans nos sociétés : la lutte contre les méga-projets qui infligent des cicatrices à nos territoires définissent peut être un nouveau paradigme (http://www.lapresse.ca/debats/le-cercle-la-presse/actualites/201205/01/48-215-vouloir-regler-le-conflit-etudiant-par-largumentum-ad-populum.php)

    Les 5 et 6 octobre 1789, 3000 femmes marchent sur Versailles. La France comptait alors environ 26 millions d’habitants. Une poignée de mégères, donc, hurlant pour du pain, qu’on a bien tenté de faire taire en les bourrant de brioche. Pourtant, les 60 millions de Français d’aujourd’hui sont bien fiers de ce mouvement d’indignation qui a mené à la République.

    – Entre 1876 et 1918, quelques milliers de femmes britanniques ont milité pour le droit de vote. L’Angleterre comptait 40 millions de personnes. On les a bafouées. Intimidées. Ridiculisées.

    – En 1918, quelques centaines de milliers de personnes appuyaient Gandhi qui voulait faire de l’Inde, sans violence, un pays indépendant. Est-ce que cette minorité ne représentait pas les 251 780 millions d’Indiens d’alors ? Ceux qui ne faisaient pas la grève de la faim étaient d’accord pour demeurer un peuple soumis, traité en sous-citoyen ?

    – En 1944, on comptait entre 300 000 et 500 000 résistants en France occupée. Les 40 millions de Français qui n’étaient pas dans le maquis, ils voulaient rester sous la houlette nazie, vous croyez ?

    – En 1963, les États-Unis comptaient 160 millions d’habitants. Le 28 août, 250 000 personnes se réunissaient devant le Capitole pour demander que les Noirs aient les mêmes droits que les Blancs. Est-ce que la majorité silencieuse était vraiment du côté des lyncheurs du Mississippi ?

    Est-ce que ces gens qui résistaient et luttait, et certains de façon illégale contre une certain ordre établit manquaient eux-aussi de culture ?
    Gaëtan Jarnot dit :
    12 décembre 2012 à 16 h 28 min

    Nous serons en désaccord sur ce point. Une part des zadistes est certainement sympathique et ne demandent qu’à faire vivre leurs idéaux. Mais s’ils ont lu et sont préparés politiquement comme vous l’affirmez, alors ils s’efforcent d’apparaître plus bêtes dans leurs écrits qu’ils ne le sont dans la réalité.

    Un exemple aurait suffi : les Communards, dont les 2/3 illettrés ont défendu la France et son esprit contre les Prussiens et ses collaborateurs.
    Tous ces exemples ont un point commun, les résistants font face à un régime oppressif.
    À NDDL les manifestants utilisent les armes mises à leur disposition dans un état de droit : la manifestation, la justice et la démocratie.
    Aucune manifestation n’a été interdite.
    Les opposants se sont munis de tous les recours juridiques au niveau national ou européen. Quand une décision de justice a le malheur de leur déplaire, elle est qualifiée de « justice de classe ». Il faut trouver une cohérence, contre le système mais avec ses outils ? Les opposants seront sans doute d’avis que nous ne vivons pas dans un État de droit mais dans un État oppresseur, mais qu’ils gagnent en cohérence et arrêtent de faire appel à cet État de droit contre les expulsions. On ne peut pas jouer sur les deux tableaux.
    Si on veut jouer au jeu des références historiques, peut-être n’est-ce après tout qu’une répétition des combats que se sont livrés les jacobins et les chouans. L’histoire se répète, la première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce. Les chouans nous jouent une mauvaise farce.
    Léo dit :
    12 décembre 2012 à 18 h 06 min

    Je crois que vos propos sont malhonnêtes. Mettre de l’avance l’incohérence stratégique des opposants ne vous donne peu de candeur car tout opposant se retrouvent devant cette terrible dialectique : confiance ou non dans l’indépendance du système judiciaire. Que faire devant l’injustice : résister ou se résigner ? C’est un bel et beau grand débat. D’une part, l’accès au droit n’est pas égal pour tous et toutes du fait d’une inégalité économique criante et par manque d’accès à l’expertise critique. Nous connaissons les méthodes grossières des audiences publiques ou la parole du simple citoyens est confrontée devant à celle des experts. Nous connaissons les méthodes des porteurs de projet pour faire taire toute contestation citoyenne. De plus, il y a toujours de recours dont les conclusions n’ont pas été rendu. Il aurait été sage d’attendre la fin possible de tous ces recours avant de procéder aux débuts des travaux. Si je vous suis, il aurait fallu autoriser la construction de la centrale du Carnet?

    Gaëtan Jarnot dit :
    12 décembre 2012 à 18 h 41 min

    Si faire des recours par voie judiciaire aux niveaux français et européen par l’entremise de plusieurs avocats, c’est l’image que vous avez du simple citoyen perdu devant la complexité du système… peut-être un exemple autre que celui de nddl serait plus approprié ?
    Pour la centrale du Carnet, la justice a donné raison aux opposants…

    Léo dit :
    12 décembre 2012 à 22 h 31 min

    Voilà à quoi le simple citoyen est confronté : « L’inventaire de la faune a été effectué à la mauvaise saison pour démontrer que certaines espèces n’existaient pas. Les expertises environnementales ont été réalisées par des cabinets payés par le porteur de projet ». Comment peut il alors ce faire une idée raisonnable?

    Gaëtan Jarnot dit :
    12 décembre 2012 à 23 h 56 min

    Une source ?

    Léo dit :
    12 décembre 2012 à 22 h 36 min

    Concernant la centrale du Carnet, le tribunal de Nantes avait demandé le gel des travaux pas leur suspension. Mais en 1997, le premier ministre annonce que le « ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie a demandé à EDF de renoncer » à son projet d’aménagement. Cela ressemble plutôt une décision politique que judiciaire!!!!!

    le renard dit :
    13 décembre 2012 à 0 h 02 min

    Puisque c’est la guerre et qu’il faut choisir sa bannière, je me range dans le camp… des sceptiques. Mais pour suivre ce projet depuis de nombreuses années, le bourrage de crâne infligé hier par les élus dans la presse locale et institutionnelle, et aujourd’hui par les opposants d’un jour ou de toujours à travers les blogs et les réseaux sociaux, commence à me gonfler sérieusement : la simplification outrancière, les approximations et omissions (au mieux), la suspicion, la mauvaise foi, la désinformation et la manipulation (au pire) sont présentes dans les deux camps, en proportion équivalente (si ! si !), et cet article a le mérite de rééquilibrer le débat en dévoilant la part imputable aux « anti ». Rien que pour cela merci, ainsi que pour la qualité de l’échange dans les commentaires. :-)

    La dimension symbolique* du projet a pris à mon sens une importance excessive au regard de la nature et de la taille de celui-ci, au point que tout débat posé, argumenté et rationnel sur les enjeux (économiques, environnementaux, territoriaux, et humains) est désormais difficile à avoir sur le web. Hélas.

    * je n’ai rien contre les symboles -ils peuvent être utiles dans certaines luttes mal engagées- mais à voir ce qui se prépare dans les pays émergents en matière de transport aérien (comme aujourd’hui l’annonce de la construction de 800 aéroports au Brésil http://bit.ly/Xdn6Pm ), la bataille du transfert-agrandissement de l’aéroport nantais semble bien dérisoire (les blancs en neige…)

    Gaëtan Jarnot dit :
    14 décembre 2012 à 0 h 28 min

    Merci pour ce compliment.
    En effet, les passions et les réseaux sociaux aidant, les discussions deviennent vite irrationnelles. Pas toujours simple pour qui veut bien descendre dans l’arène d’être qualifié de vendu ou de social-traître ! Mais je crois toujours qu’il est possible d’être rationnel, même si les données brutes (opendata) gagneraient à être plus accessibles pour rationaliser ce débat. Ce sera l’un des thèmes d’un de mes prochains billets.
    En vous remerciant

    RuyBlas dit :
    18 janvier 2013 à 18 h 57 min

    Nous doutons que le PS soit en mesure de supporter la pression 10 ans comme pour le Larzac, d’autant plus que la lutte est en train de s’étendre à tout les projets d’aménagement.
    Et puis nous doutons aussi que le PS reste au pouvoir 10 ans :)

    Gaëtan Jarnot dit :
    18 janvier 2013 à 21 h 12 min

    J’ai entendu dire les opposants que leur cause n’a rien de commun avec le Larzac, il ne s’agit pas d’un terrain destiné à l’armée.
    Oui, il y aura probablement une alternance politique, mais pas nécessairement celle que vous semblez désirer. La droite investirait sans doute moins dans les infrastructures mais ne serait pas aussi tendre avec les opposants pour leur proposer 6 mois de dialogue lorsque 13500 manifestants le demandaient. Les 340 000 opposants au mariage pour tous n’ont pas eu ce privilège.

    ZAL dit :
    22 janvier 2013 à 4 h 58 min

    Très bon article! Habitant à proximité de Notre Dame Des Landes j’en ai assez des articles qui font passer les opposants pour de gentils écolo et les pro-NDDL pour des horribles capitalistes pollueurs. Il n’existe malheureusement pas assez de sites qui creusent comme vous les incohérences des opposants et pourtant il y a de quoi faire!. Les ZADistes sont surtout des anarchistes qui sous couvert d’écologie se permettent d’utiliser la violence pour imposer leur point de vue. Ils critiquent le pouvoir en place (qui lui a été élu) sans faire de réelles propositions alternatives. C’est facile de rassembler du monde derrière un beau slogan mais beaucoup plus dur derrière un projet concret.

    Gaëtan Jarnot dit :
    22 janvier 2013 à 12 h 22 min

    ZAL comme Zone À Libérer ?
    Merci pour le compliment.
    Je pense que sur le long terme c’est vous les riverains qui ferez évoluer l’opinion publique. Les analyses et arguments ne pèsent pas lourd face aux passions politiques.
    Je vous remercie pour votre témoignage

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.