« quand c’est dur d’être femme, ça devient dur aussi d’être homme »

COMMANDER

L’auteur de Syngué Sabour aurait pu avoir la lourdeur des hommes qu’il dénonce, il n’en est rien. Dans un retournement du roman qu’on ne dévoilera pas (trop tard?), il parvient à attirer la compassion sur ces guerriers, qu’on imagine afghans, ignorants de la sensualité, prisonniers de leur violence.

« Oh, ma syngué sabour, quand c’est dur d’être femme, ça devient dur aussi d’être homme ! »

L’auteur a d’ailleurs lu-même porté son roman à l’écran avec l’aide de Jean-Claude Carrière :

COMMANDER

 

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.