De la peste au coronavirus, du Décaméron à Netflix

L’action de Netfix s’envole en bourse alors que le coronavirus a atteint le stade de l’épidémie dans de nombreux pays. D’autres services liés aux loisirs à domicile pourraient également en profiter : il faudra bien se divertir, calfeutrés à domicile. Ce n’est pas sans rappeler Boccace et son Décaméron.

Au XIVe siècle, à Florence la peste fait des ravages. Et quelques personnages vont s’isoler et passer le temps en se racontant des histoires. La compilation de ces nouvelles constitue le Décaméron.

Commander

…je ne doute point que cette introduction ne vous cause de l’ennui et du dégoût, par le souvenir affreux qu’elle va vous retracer de cette terrible peste qui fit de si cruels ravages dans les lieux où elle pénétra.[…]

L’an 1348, la peste se répandit dans Florence, la plus belle de toutes les villes d’Italie. Quelques années auparavant, ce fléau s’était fait ressentir dans diverses contrées d’Orient, où il enleva une quantité prodigieuse de monde. Ses ravages s’étendirent jusque dans une partie de l’Occident, d’où nos iniquités, sans doute, l’attirèrent dans notre ville. Il y fit, en très peu de jours, des progrès rapides, malgré la vigilance des magistrats, qui n’oublièrent rien pour mettre les habitants à l’abri de la contagion. Mais ni le soin qu’on eut de nettoyer la ville de plusieurs immondices, ni la précaution de n’y laisser entrer aucun malade, ni les prières et les processions publiques, ni d’autres règlements très sages, ne purent les en garantir.[…]

Que de femmes jeunes comme nous, que de jeunes gens aimables, frais et bien constitués, ont été les tristes victimes de l’épidémie ! Ainsi, pour ne pas éprouver un pareil sort, qu’il ne sera peut-être pas dans deux jours en notre pouvoir d’éviter, mon avis serait, si vous le trouvez bon, que nous imitassions ceux qui sont sortis ou qui sortent de la ville ; et que, fuyant la mort et les mauvais exemples qu’on donne ici, nous nous retirassions honnêtement dans quelqu’une de nos maisons de campagne pour nous y livrer à la joie et aux plaisirs, sans toutefois passer en aucune manière les bornes de la raison et de l’honneur.

Boccace – Le Décaméron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.